Site Alstom de Belfort : l'Etat s'engage dans un sauvetage tarabiscoté

le , mis à jour à 09:40
26
Site Alstom de Belfort : l'Etat s'engage dans un sauvetage tarabiscoté
Site Alstom de Belfort : l'Etat s'engage dans un sauvetage tarabiscoté

Alstom qui rit, la SNCF qui fait grise mine. Mardi, les annonces du gouvernement de plus de 730 M€ de commandes publiques de matériel ferroviaire afin de sauver le site industriel de Belfort (Franche-Comté) ont eu un double effet. Le premier, ce sont les centaines de visages soulagés des salariés. « C'est une très belle victoire, se réjouit Patrick de Cara, délégué CFDT. Les emplois de Belfort sont sauvés pour plusieurs années. » Soit quatre cents salariés qui devaient déménager en Alsace, à Reichshoffen, auxquels il faut ajouter, selon les syndicats, plus d'un millier d'emplois induits. Le second, c'est la compagnie ferroviaire qui le prend en pleine figure, contrainte et forcée par son actionnaire unique, l'Etat, d'avancer certaines commandes.

 

« Ce n'est pas la première fois que l'Etat considère la SNCF comme un paillasson », résume une source interne à l'entreprise. Mais, surtout, il lui impose du matériel qui n'a pas d'intérêt pour elle ! Comme le site de Belfort est spécialisé dans la conception de motrices TGV, le gouvernement a promis que l'Etat achèterait, avec de l'argent public, quinze doubles rames TGV pour 450 M€. Sauf que la compagnie n'en a pas besoin. Le gouvernement a donc indiqué que ces trains circuleraient sur la ligne Intercités entre Bordeaux et Marseille, le temps que soit construite la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse. Une solution baroque, d'autant qu'un TGV coûte 10 M€ de plus qu'un train ordinaire, soit un surcoût de 150 M€.

 

VIDEO. Alstom : l'Etat et le groupe mettent la main à la poche

 

Aménager les quais  ?

 

« C'est du gâchis, estime Cyrille Vaissonneau, secrétaire national de la FGAAC-CFDT, puissant syndicat de conducteurs de trains. On va faire rouler à 200 km/h des trains qui peuvent circuler à 320 km/h. D'autant qu'il faudra sans doute aménager les quais pour ces TGV, plus longs que des trains classiques. » Quid ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • alphalog il y a un mois

    M1945416 ; on n'a pas dit que déménager était une partie de plaisir pour les salariés concernés....mais 700 barres pour éviter 400 déménagements, ça fait chéro et c'est nous qui payent comme aurait dit Coluche

  • M2766070 il y a un mois

    On dit nul part , si le site de Belfort a subi des transformations, pour la pollution, les normes de sécurités'(qui ont du évoluées depuis Napoléon III) ... Faut compter combien ces travaux? qui paie, les st dycta ? ..Non eux réclament toujours mais ne propose ou ne font rien !!!

  • b.renie il y a un mois

    En fait la question soulevée par le site belfortain d'Alstom est : quelle politique industrielle pour la France Comme celle-ci est jugulée par le court termisme des syndicats y compris la CFDT qui se dit réformateur mais d'une façon très conservatrice; Il voulait que l'on juge la solidité des sites français en cas d'adaptation de leurs effectifs non sur la situation industrielle de ces sites mais sur la situation globale du groupe international. La CFDT a inventé l'esclavage industriel.

  • b.renie il y a un mois

    Sauvetage d'Alstom NON maintien arbitraire du site Alstom à Belfort pour de sueles riaons politiques Alstom n'est pas en difficulté. Encore une fois l'action syndicale refuse le changement qui est nécessaire pour se maintenir en vie Et c'est à cela que le gouvernement a consenti en utilisant illégalement l'argent publisue Cela devrait faire l'objet d'une QPC

  • M2310631 il y a un mois

    @lorant21Tout à fait d'accord.

  • M2310631 il y a un mois

    Oui il s'agissait bien d'un transfert de 20% de Belfort vers l'Alsace soit environ 500 personnes. On transforme ce mouvement en test pour ne pas fermer un site de production représentatif du chômage en France. On fait n'importe quoi au titre de la médiatisation de cette affaire. Des journalistes incompétents qui font des articles à la n'importe comment, des politiques qui s'affolent, une opposition qui hurle, une population qui s'émeut et ne comprend rien. On se croirait dans une bande dessinée.

  • M6111389 il y a un mois

    Jusqu'ou iront-ils pour ne pas perdre les élections ?........ Personne ne le sait .... même pas eux.

  • e_remond il y a un mois

    Bruxelles n'osera jamais annuler le "contrat".....

  • M1945416 il y a un mois

    Valls a mis à la tête des "investissement d'avenir" , JP Huchon qui n'a aucune vision d'avenir, un politiciens de métier, la seule chose qui l'intéresse c'est de se remplir la gamelle ….

  • vmcfb il y a un mois

    Il est urgent de faire le point sur les "investissements d'avenir"..des milliards engagés en pure perte par l'Etat "stratège"..