Sissoko-Cabaye, les Pavon de la Dèche

le
0
Sissoko-Cabaye, les Pavon de la Dèche
Sissoko-Cabaye, les Pavon de la Dèche

Hatem Ben Arfa à la maison, mais Moussa Sissoko et Yohan Cabaye à l'Euro. Dans cette folie qui entoure une liste des Bleus pour une compétition anglaise, la présence des deux milieux de terrain qui évoluent en Angleterre interpelle. Pourtant, elle correspond à une certaine logique de Didier Deschamps.

Difficile de faire l'unanimité avec une liste de 23 noms quand la France dégueule de footballeurs de talent. Même sans Karim Benzema (blessure judiciaire) et la mise en sommeil de certains des plus grands talents français (Jérémy Ménez, Samir Nasri, Yoann Gourcuff), Didier Deschamps trouve encore le moyen de sacrifier des génies au profit de travailleurs. Ainsi, Hatem Ben Arfa débutera le stage de Biarritz avec l'étiquette du réserviste. À savoir celle du mec qui regardera les copains s'envoler pour l'Euro. Et dans les heureux élus, il pourra contempler le CV de Moussa Sissoko et Yohan Cabaye. Le premier vient d'être relégué en deuxième division anglaise avec Newcastle (1), le club où évolue Emmanuel Rivière, pendant que le second fait office de Sergio Busquets à Crystal Palace, 14e de Premier League à égalité avec Bournemouth et WBA. Une seule question, alors : pourquoi ?

" Benzema est le meilleur joueur français des dernières années "
Parce que Didier Deschamps semble appliquer une recette qui avait vu le jour au Real Madrid au début des années 2000, la politique " Zidane y Pavones ". Un schéma qui consistait à recruter des Galactiques, donc des titulaires, et de les entourer de mecs du cru, à l'image du défenseur Francisco Pavon, qui terminera sa carrière à Arles-Avignon. Dans ce syllogisme, Cabaye et Sissoko sont les nouveaux Pavon. Des joueurs de complément, emmenés dans les 23 pour une mission bien précise : ne pas casser les couilles et faire le boulot. Après tout, de temps en temps, le sélectionneur sait que ses deux milieux de terrain sont capables de sortir un gros match. Lors du Mondial 2014 et la démolition de la Suisse, Moussa Sissoko était titulaire et même buteur. L'ancien Toulousain – bon camarade – est aussi polyvalent, puisqu'il peut dépanner au poste de latéral droit sans rien demander en retour. Avec 36 sélections au compteur à seulement 26 ans, Moussa Sissoko a déjà ses habitudes dans le groupe France, a rarement déçu en Bleu et affiche une polyvalence précieuse dans le contexte d'une compétition internationale. Et, surtout, il ne demande rien. Ni temps de jeu ni garantie.
[H2…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant