Sirigu, Real, Bastia... Les moments importants de la conf' de Blanc

le
0
Sirigu, Real, Bastia... Les moments importants de la conf' de Blanc
Sirigu, Real, Bastia... Les moments importants de la conf' de Blanc

A la veille du déplacement à Bastia, c'est un Laurent Blanc assez tranquille qui s'est exprimé devant la presse. Voilà ce qu'il faut retenir de cette intervention à cinq jours de PSG-Real.

1. Pas d’inquiétude pour Sirigu

« Ne faites pas passer Sirigu pour un jeune joueur qui va trembler car il débute son premier match de L1. » Le message de Laurent Blanc a été clair : pas question de sur-médiatiser la première apparition de la saison du gardien italien. Il s’agit pourtant d’un moment important, à la fois pour le PSG mais surtout pour celui est qui devenu la doublure de Kevin Trapp cet été. Car Sirigu va jouer gros, quoi qu’en dise Laurent Blanc. Après quatre saisons d’un long fleuve assez tranquille, l’Italien a perdu sa place et il a refusé d’être transféré, persuadé qu’il aurait sa chance pour bousculer cette nouvelle hiérarchie. Et cette chance, la voilà déjà ! Après deux mois et demi sur le banc de touche, il va en effet débuter les prochaines rencontres, Trapp s’étant blessé lors de la trêve internationale.

Si la rencontre face à Bastia doit lui permettre de retrouver quelques repères - « Il manque de compétition, a concédé Laurent Blanc. Mais il a assez d'expérience pour réaliser la meilleure performance possible samedi » - Sirigu sera surtout attendu au tournant mercredi soir face au Real Madrid. L’an dernier, c’est face à un autre club espagnol (Barcelone) qu’il avait été assez injustement critiqué. A lui de réussir un énorme match face à Ronaldo et Benzema pour venir titiller la place de numéro un de son coéquipier allemand. Mais si Trapp peut espérer bénéficier de quelques jokers (son erreur face à Bordeaux en est la preuve), Sirigu n’a lui pas le droit à l’erreur. Cruelle mais évidente réalité.


2. Fatigue, blessure… Un effectif à préserver

Quelle équipe du PSG samedi face à Bastia ? Si Laurent Blanc a fait le job lors de sa conférence de presse (« On sera motivé, la meilleure équipe possible, on va en Corse pour gagner, etc…), il faut s’attendre à un PSG new-look sur la pelouse d’Armand-Cesari. Un large turn-over dicté par deux réalités : le retour tardif des internationaux et la proximité du match de Ligue des Champions face au Real. Concernant les joueurs qui sont partis disputer des matchs avec leur sélection ces dix derniers jours, le coach parisien n’a pas fait de mystère concernant les Sud-Américains. « Ils sont fatigués avec des voyages très longs et beaucoup d'heures d'avion. Les Brésiliens sont arrivés jeudi matin et les Argentins jeudi midi. On a essayé d'éliminer un peu la fatigue mais ils ne sont pas dans la meilleure des formes. C'est comme ça, on y est habitué. C'est problématique, même s'il n'y a rien de catastrophique. »

A cet état de fatigue généralisé sont venues s’ajouter les blessures. David Luiz, Kevin Trapp et Marco Verratti sont ainsi forfait pour le déplacement en Corse. Tout comme le jeune Presnel Kimpembe. Sans oublier la suspension de Blaise Matuidi… Si Laurent Blanc espère des bonnes nouvelles avant mercredi (Verratti et David Luiz sont notamment espérés), on peut imaginer pas mal de joueurs laissés au repos ou préservés ce week-end. Une aubaine pour van der Wiel, Kurzawa, Stambouli, Rabiot, Lucas et Augustin, voire Ogenda. Avec cinq points d’avance en tête de la L1, ce match à Bastia ne sera de toute façon pas la priorité du staff parisien.


3. Pas de revanche vis-à-vis de Bastia

En janvier dernier, le PSG avait chuté en Corse après avoir pourtant mené 2-0. Une lourde défaite (4-2) qui avait marqué les esprits. Mais pas au point de parler de revanche à l’heure de retrouver Bastia sur sa pelouse. « On ne peut pas ne faire référence qu'aux défaites, a expliqué Laurent Blanc. Je m'étais expliqué avec les joueurs à la fin de ce match. Mais ils se souviennent des défaites. On est l'équipe à battre et tout le monde est très motivé face à nous. C'est une grande performance de battre le PSG et on doit être attentif à cela. C'est le discours que je tiendrai demain. » La réalité du calendrier offre pourtant une lecture bien différente, à savoir que le PSG présentera une équipe remaniée et pas forcément très motivée par un match à Furiani cinq jours avant une affiche face au Real Madrid. « Même si les joueurs seront davantage excités par le match face au Real, il y a d'abord Bastia à affronter. On va aller là-bas avec beaucoup d'ambition encore une fois », martèle Laurent Blanc. On demande quand même à voir.

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant