Sirigu des choses

le
0
Sirigu des choses
Sirigu des choses

PSG-Saint-Etienne en Coupe de la Ligue devrait donner lieu à un sacré turnover dans les rangs du PSG. A commencer par le poste de gardien de but avec la titularisation de Salvatore Sirigu. Pour l'Italien, il pourrait s'agir de son dernier match avec le club de la capitale. A partir du 1er janvier, il pourra partir traîner sa barbe ailleurs. Par la petite porte. Une habitude maison.

Ça devient une sale habitude dans la capitale, celle de ne pas savoir dire au revoir à ceux que l'on a aimé. A l'exception de David Beckham – pourtant venu pour un CDD minimaliste – salué comme un roi pour son dernier match et, à un degré moindre, de Mamadou Sakho, revenu pleurer au Parc des Princes après son transfert à Liverpool, le PSG de QSI n'a jamais vraiment réussi à dire au revoir correctement à ses amours. Jérémy Menez, Guillaume Hoarau, Nenê, Christophe Jallet, Carlo Ancelotti, Clément Chantôme, Leonardo, Diego Lugano ou encore Alex, tous sont partis une main devant, une autre derrière. Souvent par une porte dérobée. Sans un câlin ni même un au revoir digne de ce nom.

Victime de son profil


Ce mercredi soir, Salvatore Sirigu gardera le but du PSG. Peut-être pour la dernière fois. Parce que l'Italien est sur le départ, c'est un secret de polichinelle. Depuis l'arrivée de la boulette Kevin Trapp dans son régime alimentaire, l'Italien est cantonné au banc de touche. A part à Bastia, où l'Allemand était blessé, Sirigu n'a jamais décollé sa barbe bien fournie du banc de touche. Contre Saint-Etienne, il sera titulaire. Une dernière – pas encore officielle – pour la gloire. A partir du 1er janvier, le mercato hivernal va ouvrir ses portes et le Sarde sera à l'affût d'une bonne proposition. L'été dernier, quand le PSG a décidé de miser sur le profil de Trapp, l'ancien numéro 1 du poste a préféré jouer la prudence, la patience, persuadé que l'Allemand allait aller droit dans le mur. Une bourde contre Bordeaux, une autre à Madrid, puis celle de Lyon. Certains auraient sauté pour moins que ça. Pas Trapp. Son profil correspond au jeu que veut le PSG. Ses prises de risques font partie du métier même si beaucoup aimeraient qu'elles soient moins régulières. Alors Sirigu s'est rendu à l'évidence. Sauf blessure grave, le vent ne tournera pas. Il ne tournera plus. Il doit partir. En prêt ou autre. Jouer pour espérer sauver sa place de doublure de Buffon pour l'Euro. Et remonter la pente.

On pourra toujours argumenter sur cette concurrence, sur le fait que l'Italien n'a jamais eu le temps de se frotter vraiment à son nouveau coéquipier. Après tout, que reprochait-on à un garçon qui a officié 179 fois dans les cages du PSG (dont 30 matches de Ligue des champions), élu meilleur gardien du…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant