Sinon, que voir au cinéma à part « Star Wars » cette semaine ?

le
0
Sinon, que voir au cinéma à part « Star Wars » cette semaine ?
Sinon, que voir au cinéma à part « Star Wars » cette semaine ?

Chaque mercredi, dans La Matinale, la rédaction du « Monde » vous propose sa sélection cinéma.

Sous l’ombre gigantesque du vaisseau cinématographique  Star Wars qui menace de tout engloutir sur son passage, certains distributeurs téméraires tentent leur chance en jouant le jeu de la contre-programmation et du « small is beautiful ». On parlera donc essentiellement, cette semaine, de politique contemporaine en France, avec Nicolas Pariser, et en Israël, avec Amos Gitaï, d’humour dépressif, avec Michel Leclerc. Pendant ce temps, la Cinémathèque française joue la carte du climat, tel qu’il influence le cinéma depuis bien avant la COP21.

POUVOIR, MANIPULATION ET ROMANESQUE : « Le grand jeu », de Nicolas Pariser

Pierre Blum (Melvil Poupaud), écrivain jadis prometteur mais improductif depuis quinze ans, est approché par Joseph Paskin (André Dussollier), un barbouze doucereusement inquisiteur, qui lui passe la commande d’un curieux ouvrage anonyme. Un « appel à l’insurrection » s’inscrivant dans une stratégie pour décrédibiliser le ministre de l’intérieur, son ennemi politique, mais qui, en même temps, entraîne le romancier à déterrer les idéaux enfouis, voire les fréquentations, d’une jeunesse militante passée dans les milieux d’extrême gauche. Le récit est inspiré de plusieurs faits divers ayant émaillé le cours de la Ve République, dont le plus évident et le plus récent serait « l’affaire de Tarnac ». L’invisibilité du pouvoir, sa pulsion secrète, est ce qui l’intéresse au plus haut point. Ces forces intimes ou gouvernementales, qui n’ont pas de nom, pas de visage, mai...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant