Sinjar : les Kurdes en passe de déloger les djihadistes de l'EI

le
0
Un combattant kurde.
Un combattant kurde.

Les forces kurdes irakiennes sont entrées vendredi 13 novembre à Sinjar, une ville du nord de l'Irak qu'elles veulent reprendre au groupe djihadiste État islamique (EI). L'opération était prévue de longue date, mais ce n'est qu'au matin du jeudi 12 novembre qu'elle a enfin reçu le feu vert. À l'aube, après une nuit de bombardements par les avions de la coalition anti-État islamique, plusieurs milliers de combattants peshmergas (kurdes irakiens) se sont lancés à l'assaut de la ville de Sinjar, dans le nord de l'Irak, sous la férule du groupe djihadiste depuis août 2014. Cette campagne militaire « Sinjar libre », chapeautée par le gouvernement de la région autonome du Kurdistan et son président Massoud Barzani, a pour but de reprendre le contrôle de la ville et d'y établir une zone tampon protégeant ainsi les populations civiles présentes sur place. À l'été 2014, la ville et sa région étaient devenues ? tristement ? célèbres pour les massacres d'ampleur commis par l'État islamique contre la communauté des Yézidis (minorité religieuse kurdophone), poussant des milliers d'entre eux à l'exode.

600 de l'EI contre 7 000 Kurdes

Anticipant l'opération ? annoncée depuis plusieurs semaines ?, l'EI a d'ailleurs fait venir des renforts à Sinjar, mais ne compterait, au mieux, que 600 combattants sur place. Un chiffre bien faible, face aux quelque 7 000 peshmergas déployés ce mardi, selon les dires du conseil de sécurité...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant