Singes de laboratoire : «Nous sauvons des vies», répond Air France

le
0
Singes de laboratoire : «Nous sauvons des vies», répond Air France
Singes de laboratoire : «Nous sauvons des vies», répond Air France

Faut-il qu'Air France continue le transport de singes, et plus globalement d'animaux, vers les laboratoires de recherche ? La question est posée depuis quelques jours par la styliste française Lolita Lempicka. Elle s'élève contre le fait que la compagnie française soit la dernière à poursuivre cette activité et a même demandé à ses employés de ne plus emprunter les vols d'Air France. 

Interrogée vendredi par LeParisien.fr, la compagnie française, soutenue par une pétition signée de la main de 4 000 chercheurs dans le monde, répond de manière très claire : «Nous le faisons pour sauver des vies humaines». 

Une «grande» responsabilité

Depuis plusieurs mois, Air France est en effet attaquée par des associations de défense des animaux, comme l'ONG américaine Peta (Pour un traitement éthique des animaux). Et la récente prise de position de Lolita Lempicka, de son vrai nom Josiane Maryse Pividal, met un coup de projecteur plus grand sur le fait qu'Air France soit la dernière grande compagnie à poursuivre le transport de singe vers des laboratoires.  

«Nous sommes la seule compagnie aérienne régulière à le faire. Pourquoi ? Nous le faisons pour sauver des vies, sauver de maladies graves. Les laboratoires que nous livrons travaillent sur le cancer, sur Ebola, sur Parkinson, sur le sida... Ils réduisent aux maximum les expérimentations sur les animaux et le font lorsqu'ils ne peuvent pas faire autrement», rétorque Alain Malka, directeur adjoint d'Air France Cargo. 

Selon lui, un choix doit être fait : préserver son image ou «continuer à sauver des vies». «En étant la seule compagnie à le faire, notre responsabilité est encore plus grande. Si nous stoppons (...) nous encourageons le transport de singes dans de mauvaises conditions», poursuit Alain Malka, qui n'était pas en mesure de confirmer le chiffre avancé par l'ONG Peta de 5 500 animaux transportés vers des laboratoires en 2013 par Air ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant