Singapour ferme la banque BSI, liée au dossier 1MDB

le
2
    SINGAPOUR/ZURICH, 24 mai (Reuters) - La banque centrale de 
Singapour a ordonné mardi la fermeture de la filiale locale de 
la banque privée suisse BSI et les autorités helvétiques ont 
ouvert une enquête au pénal sur l'établissement et sur ses liens 
avec le fonds souverain malaisien 1MDB, au coeur d'un scandale 
politico-financier. 
    L'Autorité monétaire de Singapour (MAS) a précisé avoir 
retiré sa licence bancaire à BSI Bank en raison, entre autres, 
de graves violations de ses obligations en matière de lutte 
anti-blanchiment. Elle a précisé avoir transmis à la justice les 
noms de six dirigeants et ex-dirigeants de BSI. 
    C'est la première fois depuis 1984 que la MAS retire son 
autorisation à une banque d'affaires, a-t-elle souligné.  
    "BSI Bank est le pire cas de défaut de contrôle et de 
malversations grossières auquel nous ayons assisté dans le 
secteur financier de Singapour", a déclaré Ravi Menon, directeur 
exécutif de la MAS, dans un communiqué.  
    De son côté, la Finma, l'autorité fédérale suisse des 
marchés financiers, explique dans un communiqué que BSI "a 
exécuté, durant plusieurs années, de nombreuses transactions de 
grande importance dans des buts opaques et n'a pas clarifié les 
circonstances malgré la présence d'indices évidents".  
    Les enquêtes en cours en Suisse et à Singapour sur le fonds 
souverain 1Malaysia Development Bhd (1MDB) portent 
principalement sur des soupçons de transactions financières 
douteuses visant à détourner des fonds au profit de 
personnalités liées aux milieux politiques et de blanchiment 
d'argent. 
    BSI Bank a annoncé la démission de son directeur général, 
Stefano Coduri, ainsi que la création d'un poste de directeur du 
risque.  
    1MDB n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de 
commentaire.  
    En février, les autorités suisses avaient révélé qu'une 
enquête pénale sur 1MDB avaient permis de mettre au jour quatre 
milliards de dollars (3,6 milliards d'euros) de détournements 
aux dépens d'entreprises publiques malaisiennes. 
    Le fonds, dont le conseil de surveillance est présidé par le 
Premier ministre, Najib Razak, est visé par une enquête en 
Malaisie mais le chef du gouvernement a été blanchi, une enquête 
officielle ayant conclu qu'un dépôt de 681 millions de dollars 
sur son compte bancaire personnel constituait un cadeau de la 
famille royale saoudienne. 
     
 
 (Anshuman Daga et Saeed Azhar; Marc Angrand pour le service 
français, édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7034327 il y a 7 mois

    Pour une fois qu'il y a un scandale et que ni UBS ni SocGen ni HSBC ne sont cités. Il faut que Reuters vérifient leurs sources, il doit y avoir une erreur.

  • M7034327 il y a 7 mois

    Une banque Suisse, un fond malaysien... blanchiment d'argent pour le terrorisme?