Sinama-Pongolle : " La nourriture est épicée, alors moi, je me régale "

le
0
Sinama-Pongolle : " La nourriture est épicée, alors moi, je me régale "
Sinama-Pongolle : " La nourriture est épicée, alors moi, je me régale "

La puissance du port du Havre, il la connaît mieux que personne. De Chicago à Rostov en passant par Liverpool, l'Espagne, le Portugal, la Suisse et l'Écosse, Florent Sinama-Pongolle (trente et un ans) a connu des hauts et des bas, mais vu du pays depuis ses débuts en Normandie. Sa dernière étape en date : la Thaïlande, où il s'éclate avec le Chainat Hornbill FC. Entretien plaisir avec un globe-trotter.

Qu'est-ce qui t'a amené dans le championnat thaïlandais ?
J'étais ouvert à un projet sportif intéressant, où que ce soit, après la fin de mon contrat au Dundee United. Mon credo, c'était de bosser tous les jours pour être prêt. J'ai essuyé beaucoup de refus en France. Dans ma carrière, je me suis blessé au mauvais moment, et derrière, les portes se ferment. On te juge, mais on ne te connaît pas. Finalement, cette proposition du Chainat Hornbill FC est arrivée un peu de nulle part. Comme quoi, j'ai plus la cote à l'étranger. (rires)

Quand on te propose la Thaïlande, tu réfléchis ou...
(Il coupe) Non, je n'ai pas hésité. J'étais déjà venu en Thaïlande lors d'une tournée d'été avec Liverpool. Ici, les stades sont pleins. Le football est en train de se construire, il y a énormément de moyens, un vrai engouement. Cette ferveur, c'est ce que j'apprécie. Depuis que je suis arrivé, j'ai reçu des coups de fil de beaucoup de joueurs qui aimeraient venir jouer dans ce championnat.

Tu as reçu un accueil particulier en arrivant ?
Je suis arrivé discrètement à l'aéroport parce que rien n'était fait, mais une fois la signature officielle, on a parlé de moi. En Thaïlande, il faut savoir qu'il y a deux clubs super populaires : Liverpool et Manchester United. D'ailleurs, les gens sont fans de foot anglais. Tous les restaurants retransmettent la Premier League, c'est impressionnant. Même si j'ai galéré par le passé, comme j'ai joué à Liverpool, j'ai un certain statut. Dans la rue, on me sollicite pour des selfies, on me parle même de mes années à Liverpool. Ici, ils sont à fond sur les réseaux sociaux. Je ne passe pas inaperçu, mais c'est un peu ce qui me plaît. J'ai toujours adoré être au contact des gens.

« Premier match, on prend 7-2 en pleine gueule. J'aime gagner, forcément c'était frustrant... »
Comment s'est passée ton intégration en cours de saison ?
J'ai débarqué en milieu de championnat, mais j'étais bien préparé physiquement. Des fois, la préparation d'avant-saison, tu peux trouver ça long. Là, je suis…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant