Simulation d'attentat à Bordeaux en vue de l'Euro 2016

le
0
SIMULATION D'ATTENTAT DANS UNE FAN ZONE DE L'EURO 2016 À BORDEAUX
SIMULATION D'ATTENTAT DANS UNE FAN ZONE DE L'EURO 2016 À BORDEAUX

BORDEAUX (Reuters) - Les ministres de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et de la Santé Marisol Touraine ont assisté lundi soir à un exercice de simulation d'attentat dans la "fan zone" de Bordeaux qui pourra accueillir 62.000 personnes durant l'Euro 2016 de football du 10 juin au 10 juillet.

A un peu plus de deux mois de l'ouverture de l'Euro et alors que cinq matchs de cette compétition se dérouleront au stade Matmut Atlantique de Bordeaux, il s'agissait de tester grandeur nature les moyens qui seront mis en place pour assurer les secours en cas d'attaque terroriste.

Après les attentats de Paris et de Bruxelles, les autorités ont décidé de multiplier les exercices de ce type pour adapter les moyens aux différentes possibilités d'attaque.

"Je souhaite qu'il y ait sur le territoire national une répartition GIGN-BRI-Raid qui permette une intervention entre les primo-intervenants et les forces spécialisées en un quart d'heure-vingt minutes pour pouvoir être immédiatement opérationnel", a expliqué Bernard Cazeneuve en évoquant les forces d'intervention de la gendarmerie et de la police.

"Nous avons remaillé le territoire. Et il faut une très bonne articulation entre l'ensemble des administrations qui interviennent, essentiellement la Santé et l'Intérieur", a-t-il ajouté lors d'un point de presse.

Les exercices comme celui de lundi visent à tester la coordination entre les forces d'intervention et de secours et à évaluer les moyens d'évacuation et de prise en charge sanitaire d'une nombre de victimes dépassant la capacité des établissements de soins départementaux voire régionaux, ainsi que la prise en charge des familles.

"Nous avons d'ores et déjà mis en place des plans pour faire travailler ensemble différentes régions. Je veux rappeler que le 13 novembre dernier, nous avions déjà pré-positionné des ambulances, des hélicoptères hospitaliers pour prendre en charge des victimes et les amener si cela avait été nécessaire dans différentes villes de notre territoire", a indiqué Marisol Touraine.

Environ 600 personnes des différents services de santé, de sécurité et de justice ont participé à l'exercice de lundi, dont le scénario prévoyait une attaque menée par trois terroristes, dont un kamikaze, suivie d'une prise d'otages.

Un précédent exercice s'était déroulé le 15 mars à Nîmes dans le Gard, déjà en présence de Bernard Cazeneuve.

(Claude Canellas, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant