Silk Road, "l'eBay de la drogue", fermé par la justice américaine

le
0
Silk Road, "l'eBay de la drogue", fermé par la justice américaine
Silk Road, "l'eBay de la drogue", fermé par la justice américaine

La justice américaine a fermé le site clandestin Silk Road, souvent présenté comme "l'eBay de la drogue" parce qu'il permettait à ses utilisateurs d'acheter des stupéfiants en ligne en échange de monnaie virtuelle, et a arrêté son propriétaire.Ross William Ulbricht, 29 ans, propriétaire et fondateur de ce site de marché noir, a été arrêté mardi à San Francisco et sera présenté mercredi devant un tribunal fédéral de cette ville, peut-on lire dans un document du ministère de la Justice.Selon une copie de la plainte obtenue par l'AFP, le gouvernement a saisi l'équivalent de 3,6 millions de dollars en monnaie virtuelle "bitcoin", soit environ 26.000 bitcoins, "la plus grosse saisie de bitcoins jamais effectuée".Le site Silk Road, que le ministère décrit comme "un vaste marché en ligne responsable de la distribution de centaines de kilos de drogues illégales et d'autres produits et services illicites", a été fermé. A son adresse, ses utilisateurs ne trouvent plus qu'une pancarte à l'entête du FBI et du département de la Justice, annonçant: "Ce site caché a été saisi par le Bureau fédéral d'investigation".Selon les documents judiciaires, Ulbricht faisait fonctionner depuis janvier 2011 ce site sur lequel les internautes pouvaient acquérir de l'héroïne, de la cocaïne, du LSD et des méthamphétamines, ainsi que des logiciels destinés à déverrouiller des ordinateurs personnels ou voler des mots de passe.Le parquet de New York estime en outre que le suspect a tenté en mars dernier de recruter quelqu'un pour abattre un utilisateur de Silk Road qui menaçait d'exposer les identités d'autres clients du site clandestin."Le site Silk Road a servi de vaste marché noir, où des drogues et services illicites étaient régulièrement achetés et vendus par ses utilisateurs", a renchéri l'agent spécial du FBI Christopher Tarbell, dans la plainte déposée devant un tribunal ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

La Californie interdit la diffusion sur internet de "porno vengeur"
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant