Silence, ça pousse !

le
0
Silence, ça pousse !
Silence, ça pousse !

Pour les passionnés de tennis, la quinzaine de Wimbledon, c'est le plus prestigieux tournoi du monde. Pour les autres, ça reste juste des joueurs sapés en blanc qui claquent des aces pendant des heures. Et si, en fait, c'était l'occasion de parler foot et jardinage ?

"On dit que dans un simple à Wimbledon, il y a un troisième joueur : c'est le terrain. Il est bosselé. Toute proportion gardée, hein, c'est un peu la blague qui veut ça, on ne voit pas non plus la balle se barrer à 30 degrés de sa trajectoire pendant un match. Mais les Anglais racontent cela en s'amusant " Paul de Charnacé, responsable des opérations pour DLF France, société spécialisée dans la pose de gazon de tennis, ne fait pas dans la demi-mesure quand il s'agit d'humour british. La verdure de Wimbledon, temple du tennis, affiche pourtant des standards qualitatifs au moins aussi exigeants que ceux des billards de football du Royaume. Serait-il alors possible de mêler les deux sports ? D'échanger les jardiniers, les techniques et les pelouses le temps d'un week-end, sans que personne n'y trouve à redire ? Pas sûr. Chacun sa verdure.

Court sur le dessus, bien dégagé derrière les oreilles


"Au tennis, on va tondre à 5-6mm, c'est bien plus rasé qu'une pelouse de foot", confirme Paul de Charnacé. Voilà donc le secret du gazon qui permet à la petite balle jaune de rebondir à hauteur de hanches de Djokovic, Federer et consorts. Mais impossible pour eux de tâter le cuir sur une herbe aussi fine : "Plus le gazon est court et plus la pelouse est fragile. Alors, imaginez, jouer avec des crampons, c'est juste pas possible Vous arracheriez tout ! De même, pas question de jouer au tennis sur un terrain de foot. Il faut un terrain plat, avec un rouleau qui ne soit pas trop lourd pour ne pas trop le tasser. Rien qu'un seul faux rebond pendant le match, ça ne passe pas ! Et puis, sur 2cm, votre balle ne rebondira pas Mais on pourrait faire un foot sur un court avec des chaussures adaptées " En effet, comme pour le tennis, la précision est de rigueur quand il s'agit de football : "On taille à 2,5cm ", pose Pascal Robin. Celui qui est co-responsable du rectangle de La Beaujoire nantaise et du centre d'entraînement de La Jonelière expose : "Plus la pelouse est haute, moins le ballon va vite. " Des conditions fixées par l'entraîneur des Canaris, Michel Der Zakarian. " L'idéal pour la tonte ? À 10h du matin, c'est parfait grâce à la fraîcheur matinale alliée à une herbe sèche", assure le jardinier maison, qui arrose " environ tous les deux jours, selon le soleil et le vent". Outre-Manche, malgré une…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant