Sika-La famille veut négocier dans l'affaire Saint-Gobain

le
0
    * La famille fondatrice veut chercher un compromis à trois 
    * Ces déclarations font suite à un jugement contre la 
famille 
    * Saint-Gobain a confirmé sa volonté de boucler le rachat 
    * Le président de Sika affirme avoir une offre pour la 
famille 
 
    ZURICH, 30 octobre (Reuters) - La famille fondatrice de Sika 
 SIK.S , engagée dans une bataille de longue haleine avec la 
direction du groupe chimique suisse et des actionnaires 
minoritaires sur son projet de cession à Saint-Gobain  SGOB.PA  
de sa participation de contrôle, souhaite que les trois parties 
entrent en négociations en vue d'un compromis. 
    La direction de Sika a remporté vendredi une victoire dans 
ce conflit qui traîne en longueur depuis près de deux ans, un 
tribunal suisse lui ayant reconnu le droit de limiter les droits 
de vote de la famille Burkard.   
    La holding familiale a aussitôt annoncé qu'elle ferait appel 
du jugement du tribunal du canton de Zoug.  
    Mais à la question du journal suisse Sonntagszeitung de 
savoir si le moment était venu de chercher un compromis, Urs 
Burkard, un membre de la famille, a répondu: "Nous aimerions que 
toutes les parties s'assoient à la table (des négociations), 
Sika, Saint-Gobain et la holding familiale SWH (Schenker-Winkler 
Holding)." 
    Dans une interview à un autre journal suisse, Schweiz am 
Sonntag, le président de Sika, Paul Haelg, a déclaré de son côté 
que la société avait une proposition à faire, qui représentait 
une meilleure alternative pour la famille Burkard. 
    "J'aimerais d'abord discuter avec la famille des paramètres 
concrets", a-t-il. "Mais ce sera une solution financièrement 
attractive et rapide, qui préservera l'indépendance de Sika." 
    Sika pourrait financer une opération de ce type avec ses 
propres ressources, a-t-il ajouté. 
    Dans une autre interview, au journal NZZ am Sonntag, Paul 
Haelg a précisé que la famille n'avait pas encore étudié l'offre 
qui avait été présentée en juillet 2015, mais qu'il souhaitait y 
revenir et en parler avec les Burkard dès la semaine prochaine. 
    A la suite du jugement de vendredi, Saint-Gobain a confirmé 
sa volonté de mener à bien son projet de prise de contrôle de 
Sika, tout en rappelant que l'accord conclu en décembre 2014 
avec la famille fondatrice était valable jusqu'en juin 2017 et 
que le groupe pouvait le proroger jusqu'en décembre 2018. 
    Saint-Gobain s'est refusé dimanche à tout nouveau 
commentaires. 
    La famille Burkard-Schenker a conclu en décembre 2014 un 
accord avec Saint-Gobain pour lui céder ses parts dans Sika, qui 
représentent 16,1% seulement du capital mais 52,4% des droits de 
vote, pour un montant de 2,75 milliards de francs suisses (2,53 
milliards d'euros au cours actuel). 
    Afin d'empêcher l'approbation de ce projet de prise de 
contrôle par Saint-Gobain, le conseil du groupe suisse a 
plafonné les droits de vote des Burkard-Schenker à 5%. 
 
 (Joshua Franklin, Juliette Rouillon pour le service français) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant