Sihem Souid - Ne laissons pas les terroristes gagner, sortons !

le
0
Le 15 novembre 2015, à quelques mètres de la salle de concert du Bataclan, recueillement et hommages aux victimes de l'attentat terroriste perpétré par des djihadistes de Daech.
Le 15 novembre 2015, à quelques mètres de la salle de concert du Bataclan, recueillement et hommages aux victimes de l'attentat terroriste perpétré par des djihadistes de Daech.

Les spécialistes le disent : nous avons encore peur de sortir, de boire un verre en terrasse, d'aller dans les lieux publics pour nous divertir. Notre appréhension se ressent auprès des agences de voyages, des parcs d'attractions, des restaurants..., qui se plaignent tous d'une baisse d'activité d'au moins 20 %. C'est normal et compréhensible. D'ailleurs, le professeur Charles Peretti, chef de service du pôle psychiatrie de l'hôpital Saint-Antoine, l'affirme : « La réaction des gens est compréhensible après les attentats. C'est un évitement phobique anticipatoire, c'est une sorte de contagion de type phobique. Après un stress important où les gens sont concernés de près ou de loin, ils évitent les endroits qui peuvent leur rappeler des lieux dangereux (cafés, terrasses...). »

Toutefois, il est venu, le temps des beaux jours et des sourires sur nos visages. Même si, dans quelques endroits en France, le soleil est légèrement timide, il est important pour nos vies de surmonter nos peurs. Nous pensons que « dehors » n'est pas sûr. Or cette pensée est avant tout illusoire et notre crainte d'un certain manque de sécurité devrait fondre comme neige au soleil. D'ailleurs, toujours selon Charles Peretti, « il y a l'imaginaire de la scène traumatique amplifiée par les médias qui vont dramatiser sans le vouloir le contexte traumatique des gens. » En d'autres termes, écoutez-vous, vous et vos envies. Sortez !

Agents...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant