" Signer en Allemagne est la meilleure décision de ma vie "

le
0
" Signer en Allemagne est la meilleure décision de ma vie "
" Signer en Allemagne est la meilleure décision de ma vie "

Après plusieurs saisons en Ligue 2, Romain Brégerie évolue aujourd'hui en Bundesliga, chez le promu d'Ingolstadt. Près de cinq ans après son départ de France, le défenseur central formé aux Girondins se sent aujourd'hui comme un poisson dans l'eau outre-Rhin. Voyez plutôt.

Lors de ta première interview pour So Foot, tu faisais office de petit nouveau en Allemagne. Aujourd'hui, tu t'y sens chez toi ? Oui complètement, je me suis parfaitement acclimaté au pays, à la culture et au foot allemand. Il m'a fallu un peu de temps. Votre titre à l'époque c'était " Mon allemand est catastrophique " (rires). Maintenant je dirais que c'est beaucoup mieux et ça facilite grandement les choses.

Tu as galéré à apprendre l'allemand ? Un peu oui. Mais j'ai eu la chance de rencontrer très tôt ma future femme qui est allemande et elle m'a bien aidé. Ça a été mon grand professeur parce qu'à part ça je n'ai eu que trois cours de deux heures en tout et pour tout. C'est forcément plus facile quand tu parles la langue à la fois en dehors mais aussi à la maison. C'est un gros plus par rapport aux autres Français qui rentrent chez eux et ne parlent qu'en français à la maison. Chez moi je regarde la télé en allemand. Même FIFA est en allemand !

Ton expérience là-bas va au-delà du sport ? Complètement. Ma femme est allemande, on a une petite fille Franco-Allemande, c'est sûr que l'impact de ce transfert va au-delà du foot.C'est le fait d'un gros hasard puisqu'à un moment, après Metz, j'ai failli signer à Nantes mais ça a capoté sur la fin. Du coup la décision de venir à Dresde a complètement changé ma vie et ça a été la meilleure décision que j'ai prise. Ma femme est allemande, on a une petite fille Franco-Allemande, c'est sûr que l'impact de ce transfert va au-delà du foot.

Qu'est ce qui domine dans ton esprit au moment de rejoindre l'Allemagne ? Énormément d'excitation au niveau footballistique. Et même si je signais en deuxième division, je savais qu'il y avait quand même un engouement énorme pour ce championnat. Après, c'est sûr que le changement a été radical. Je suis parti à Dresde, à 70 km de la Pologne, t'es quand même sacrément à l'Est ! Mais ça faisait partie du jeu, je voulais découvrir une autre culture. C'était un peu comme si j'étais étudiant et que je prenais mon sac à dos pour partir à l'étranger. J'ai pas mal de…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant