Signé Antoine et Kevin

le
0
Signé Antoine et Kevin
Signé Antoine et Kevin

Malgré deux penalties arrêtés par Diego Alves, Valence n'a pas fait le poids contre l'Atlético. Griezmann et Gameiro ont tous les deux marqué et leur entente se parfait de match en match. Voilà les Colchoneros en tête de la Liga.

Valence CF 0-0 Atlético de Madrid

Buts : Griezmann (35e), Gameiro (90+2) pour l'Atlético

Les matches à midi, c'est toujours du bonheur, entre ceux qui ont mal digéré leur nuit de fête et les autres qui doivent se presser de terminer leur café con leche ou leur caña avant le coup d'envoi. Penser au marché local avant de penser aux fuseaux horaires asiatiques, ce serait déjà un bon début, d'autant qu'à Valence, il fait déjà trente degrés. Une fois passé ces atermoiements, la partie débute en 4-2-3-1 pour la dernière de Voro jusqu'au prochain licenciement et 4-4-2 pour El Cholo Simeone avec une attaque 100% française Griezmann-Gameiro.

Le VCF attaque pied au plancher et Nani se met rapidement en évidence avec un grand pont mais son centre reste imprécis. Les Colchoneros répliquent dans la soirée et Diego Alves doit se coucher sur une frappe de Saul Ñiguez. Sans surprise, c'est le feu sur le côté de la défense de Valence, Juanfran laboure le couloir droit et Gameiro s'aventure à l'opposé. L'Atléti fait le jeu et prend ses quartiers dans le camp valencien. Toujours en rodage, la 2G paraît mieux coordonnée. Grizou se balade un peu partout sur le front de l'attaque. À la 27e minute, il n'est pas loin d'attraper la lucarne mais Diego Alves s'envole pour claquer en corner. Bref, les visiteurs se sentent comme chez eux et comme dirait l'agent Bullit, ça sent le taureau pour les chauve-souris. Valence réagit timidement et par intermittences. Mario Suárez tente sa chance à l'entrée de la surface, sans cadrer (29e). Nani est le plus en vue. C'est lui qui accélère, gratte des corners, propose des décalages. Pourtant, le meilleur mouvement des locaux est initié par Parejo. Rodrigo Moreno talonne pour Gayá mais sa frappe arrive tout droit dans les gants d'Oblak, guère mis à contribution (36e). À force de subir, Valence craque. Nani commet une faute sur Correa et l'arbitre siffle penalty. Bronca de Mestalla qui attend son héros, Diego Alves. Griezmann ouvre son pied gauche mais El Parapenaltis a lu dans ses pensées et détourne. C'est son 18e en Liga ! La grada hurle à tout rompre, les murs en tremblent.

La vengeance du Grizou

[BR…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant