Signature du traité sur le commerce des armes, Washington attend

le
0
SIGNATURE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES
SIGNATURE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

NATIONS UNIES (Reuters) - Les délégués de plusieurs dizaines de pays, dont la France mais pas encore les Etats-Unis, ont signé lundi à l'Onu le traité sur le commerce des armes visant à réguler un marché évalué à 70 milliards de dollars.

L'Assemblée générale des Nations unies avait adopté le 2 avril à une large majorité (154 voix pour, trois contre et 23 abstentions) ce premier traité international sur les armes conventionnelles.

L'objectif de ce texte est d'éviter que les armes circulant sur le marché mondial officiel puissent tomber entre les mains de dictateurs ou de criminels.

Le ministre argentin des Affaires étrangères, Hector Timerman, a été le premier à apposer son paraphe lors de la cérémonie organisée au siège des Nations unies.

L'Onu a indiqué que 62 pays d'Europe, d'Amérique latine, d'Asie et d'Afrique avaient signé le traité au cours de la matinée de lundi. Il en fallait 50 pour qu'il soit ratifié.

Le Quai d'Orsay a indiqué dans un communiqué que la France avait signé ce traité et se félicitait que "de nombreux autres membres de la communauté internationale, et notamment au sein de l'Union européenne, aient suivi la même démarche".

"En signant ce traité, nous ouvrons une nouvelle étape : celle de l'universalisation et de la mise en ?uvre du traité. La France espère une rapide entrée en vigueur du traité sur le commerce des armes, avancée majeure pour les droits de l'homme, le droit humanitaire et la stabilité internationale", ajoute le ministère des Affaires étrangères.

Les Etats-Unis, premier exportateur mondial d'armes, signera à son tour dès que toutes les traductions officielles du texte auront été faites, a indiqué le secrétaire d'Etat, John Kerry, dans un communiqué.

"La signature du traité sur le commerce des armes apporte un espoir à des millions de personnes qui souffrent des violences au quotidien", a estimé Anna Macdonald de l'organisation humanitaire Oxfam.

"Un message clair a été adressé aux trafiquants d'armes et aux dictateurs, l'époque pour s'approvisionner facilement en armes est révolue", a-t-elle ajouté.

Les militants en faveur de la réglementation sur les armes et les associations de défense des droits civiques ont rappelé qu'une personne est tuée chaque minute dans des actes de violences armées.

Le traité prévoit l'introduction de critères pour tous les transferts frontaliers d'armes conventionnelles, des simples pistolets aux chars et aux hélicoptères de combat.

Il impose également aux Etats de vérifier que ces armes ne sont pas utilisées à des fins de terrorisme, de violations des droits de l'homme ou de crime organisé.

L'Iran, la Syrie et la Corée du Nord étaient les trois pays qui s'étaient opposés au traité tandis que la Russie et la Chine, membres permanents du Conseil de sécurité, s'étaient abstenues.

Aux Etats-Unis, le puissant lobby pro-armes, la National Rifle Association (NRA), avait également exprimé son opposition au texte. Celui-ci entrera en vigueur dans un délai de 90 jours.

Louis Charbonneau; Pierre Sérisier pour le service français, édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant