Siemens s'allie avec Mitsubishi sur le dossier Alstom

le
3
ALLIANCE SIEMENS-MITSUBISHI HEAVY SUR LE DOSSIER ALSTOM
ALLIANCE SIEMENS-MITSUBISHI HEAVY SUR LE DOSSIER ALSTOM

BERLIN/PARIS (Reuters) - Le conglomérat allemand Siemens a annoncé mercredi s'être allié avec le groupe japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) pour étudier la possibilité d'une offre commune de rachat d'une partie des activités du français Alstom.

Siemens et MHI ont précisé dans un communiqué commun qu'ils décideraient le 16 juin au plus tard de soumettre ou non une offre au conseil d'administration d'Alstom.

"Nous sommes persuadés que nous pouvons contribuer à un partenariat avec Alstom qui créera de la valeur pour toutes les parties impliquées, notamment pour la France", dit dans le communiqué le PDG de Mitsubishi Heavy, Shunishi Miyanaga.

Des sources avaient déclaré auparavant à Reuters que les deux groupes discutaient d'une offre potentielle sur les activités de production d'énergie d'Alstom, déjà visées par une offre de 12,35 milliards d'euros de l'américain General Electric.

Une source proche d'Alstom a estimé mercredi qu'un éventuel rachat d'une partie d'Alstom par Siemens et MHI risquerait d'entraîner un "démantèlement" du groupe français.

"Ça aboutirait à un dépeçage, ce n'est pas du tout l'esprit du 'deal' et je ne vois pas comment l'Etat pourrait soutenir une offre de ce type", a dit cette source, précisant qu'Alstom "n'a rien reçu" de la part de Siemens et que MHI n'a pas eu accès aux comptes détaillés du groupe français.

ALSTOM A JUSQU'AU 23 JUIN POUR RÉPONDRE À GE

Alstom n'a pas souhaité commenter les annonces de Siemens et de MHI. Pour sa part, l'Elysée a fait savoir, en fin de journée, que le président François Hollande réunirait jeudi matin le Premier ministre, Manuel Valls, le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, et le directeur général de l'Agence des participations de l'Etat, David Azéma, pour faire le point sur le dossier.

Après avoir fait part, le mois dernier, de son intérêt pour le pôle énergie d'Alstom et évoqué le transfert au français de l'ensemble de ses activités de matériel ferroviaire roulant, Siemens s'était donné jusqu'au 16 juin pour présenter une offre formelle.

GE a de son côté accordé fin mai trois semaines supplémentaires - soit jusqu'au 23 juin - à Alstom, qui lui est favorable, pour examiner son offre, accédant ainsi à une demande du gouvernement français.

L'exécutif français, qui craignait fin avril d'être mis devant le fait accompli avec une transaction en faveur du groupe américain, a publié mi-mai un décret lui permettant d'opposer un veto à toute vente d'actifs stratégiques français.

Paris a cherché ces dernières semaines à obtenir de GE et de Siemens qu'ils améliorent leurs propositions afin de protéger l'emploi, l'avenir du pôle ferroviaire - sur lequel Alstom se recentrerait - ou encore des activités clés telles que les turbines pour centrales nucléaires, les éoliennes et l'hydroélectricité.

L'action Siemens a perdu 0,96% à 98,92 euros mercredi à la Bourse de Francfort, où l'indice Dax a cédé 0,79%. A Paris, Alstom a abandonné 0,46% tandis que le CAC 40 a reculé de 0,87%.

(Jens Hack à Berlin, Benjamin Mallet et Julien Ponthus à Paris, Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9244933 le mercredi 11 juin 2014 à 20:24

    Si le repreneur vedette (Siemens) de notre Arnaud avait tellement envie d'Alstom, il ne mettrait pas MHI dans le coup. Ca ne sent pas bon pour Alstom et ses salariés.

  • M9244933 le mercredi 11 juin 2014 à 19:56

    Si le repreneur vedette (Siemens) de notre Arnaud avait tellement envie d'Alstom, il ne mettrait pas MHI dans le coup. Ca ne sent pas bon pour Alstom et ses salariés.

  • viniciou le mercredi 11 juin 2014 à 16:12

    c'est de plus en plus dingue cette affaire.....