Siemens donne la priorité à la consolidation en 2015

le
0

(Actualisé avec résultats, déclarations, contexte) par Georgina Prodhan et Jens Hack BERLIN, 6 novembre (Reuters) - Siemens SIEGn.DE a dû se résoudre jeudi à une nouvelle année neutre en termes de chiffre d'affaires après avoir été contraint à une nouvelle charge, cette fois sur les turbines d'éoliennes, laquelle a pesé sur les résultats de son quatrième trimestre. Siemens, l'un des fleurons de l'industrie allemande, se fixe pour priorité d'améliorer sa marge opérationnelle dans ses activités industrielles classiques afin de combler l'écart avec ses concurrents, avant de songer à nouveau à sa croissance. Devenu président du directoire l'an dernier à la faveur d'une révolution de palais, Joe Kaeser a pour mission de simplifier la structure du conglomérat en le débarrassant de ses activités moins rentables et en développant celles qui le sont davantage. Il a déjà vendu une filiale d'informatique médicale, sorti Siemens de la co-entreprise d'électroménager SBH et procédé à l'acquisition de l'équipementier pétrolier Dresser-Rand afin de permettre à sa division énergie de profiter de l'essor du schiste aux Etats-Unis. Joe Kaeser se dit désormais déterminé à s'attaquer aux problèmes opérationnels qui ne cessent de fleurir dans les activités du groupe bavarois. Le dernier en date porte sur les pales et les roulements des turbines d'éoliennes, qui ont entraîné une charge de 223 millions d'euros au quatrième trimestre de son exercice fiscal annuel clos le 30 septembre. "2015 sera l'année de la consolidation opérationnelle. Il nous faut encore relever quelques défis et nous améliorer sur les moyens de transformer nos commandes en revenus. Nous avons connu quelques revers", a-t-il déclaré à Reuters Télévision. "Nous avons du pain sur la planche mais nous savons où nous allons", a-t-il ajouté. Le directeur financier Ralf Thomas a précisé que Siemens voulait limiter les charges exceptionnelles de ce type, qui ont représenté 900 millions d'euros lors du dernier exercice, à 350 millions d'euros en moyenne. Pour l'exercice ayant débuté le 1er octobre, Siemens vise une marge de 10-11% dans ses activités industrielles, un nouvel indicateur de performance retenu par Joe Kaeser pour mieux se comparer à la concurrence. RÉORGANISATION DE LA DIVISION SANTÉ Cet objectif, qui représente déjà une nette amélioration par rapport à l'année dernière, selon le président du directoire, est à comparer à la marge opérationnelle de 14,3% affichée au troisième trimestre par le suisse ABB ABBN.VX et à la marge industrielle de 16,3% présentée par son principal concurrent General Electric GE.N . Le titre Siemens était quasiment stable à 89 euros à 12h45 GMT malgré l'annonce par le groupe d'un relèvement de 10% de son dividende à 3,30 euros par action. "Les perspectives semblent ternes et nos estimations pourraient s'avérer trop optimistes. Cependant, nous nous attendons à ce qu'au cours de l'exercice fiscal 2014/15 les ajustements de portefeuille demeurent le principal facteur d'évolution du cours de l'action", écrit Jasko Terzic, analyste chez DZ Bank, dans une note. Siemens a par ailleurs annoncé la vente de son activité de solutions auditives à la firme de capital-investissement EQT EQT.UL et à la famille allemande Strüngmann pour 2,15 milliards d'euros. Le groupe bavarois a en outre annoncé son intention de réorganiser sa division Santé en tant qu'entité juridique séparée en Allemagne et dans les autres pays où elle est présente, ce qui pourrait constituer une première étape vers une scission de cette division qui pèse quelque 14 milliards d'euros. ID:nL6N0SW278 Siemens a publié un bénéfice d'exploitation en hausse de 28% à 2,2 milliards d'euros pour son quatrième trimestre alors que les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 2,25 milliards. Le chiffre d'affaires reste inchangé à 20,6 milliards d'euros. Le carnet de commandes au quatrième trimestre a augmenté de 2% à 20,7 milliards d'euros, un montant supérieur aux attentes, mais les prises de commandes à périmètre constant en provenance des pays émergents ont chuté de 14% par rapport à l'année dernière. Le bénéfice de la division Energie s'est effondré de 28% au cours du trimestre, ce qui pénalise les bons résultats des trois autres divisions du groupe - Santé, Industrie et Infrastructures et Villes - qui ont permis au bénéfice net du conglomérat de progresser de 40% à 1,5 milliard d'euros. (Véronique Tison et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant