Sièges sociaux : l'UMP, le PS et les Verts propriétaires, le FN locataire

le
0
L'UMP, qui va être privée de près de 11 millions d'euros, connaît d'autres difficultés. Le parti doit rembourser l'achat de son siège de la rue de Vaugirard. Que font les autres partis ? Sont-ils propriétaires ? locataires ?

L'UMP, propriétaire du 238 rue de Vaugirard (Paris XVe)

En 2011, l'UMP quitte les locaux de la rue La Boétie, dans le VIIIe arrondissement, qu'elle occupait depuis une dizaine d'années, pour un ancien garage Renault, acheté en 2010 et entièrement transformé par le cabinet d'architecture de Jean-Jacques Ory situé au 238 rue de Vaugirard (XVe arrondissement), entre les métros Volontaires et Vaugirard. Ce nouveau siège de plus de 5000 mètres carrés a demandé un an et demi de travaux pour remettre à neuf les cinq étages de l'immeuble. Un bâtiment aux allures de loft moderne avec une façade en verre.

Cette acquisition, qui a été réalisée dans le but affiché de réaliser une économie de coûts de fonctionnement, a coûté 40 millions d'euros (19 millions d'euros pour acheter le bâtiment, 21 pour le réhabiliter). Elle a été financée en majeure partie par un emprunt de 32 millions d'euros contracté sur une période de treize ans.

L'UMP assure que cette opération immobilière va permettre, à terme, de faire des économies d'environ 500.000 euros par an. Installé depuis 2002, date de la création du parti, dans un très chic immeuble du VIIIe arrondissement, le parti présidentiel déboursait près de 4 millions d'euros par an de loyer.

Le Parti socialiste, propriétaire du 10 rue de Solférino (Paris VIIe)

Le PS a acheté ce très bel hôtel particulier à la GMF en 1980. Il s'agit d'un immeuble à deux cours et porte cochère, construit à la fin du XIXe siècle, dont histoire est notamment marquée par l'exécution, en juin 1944, du ministre vichyste Philippe Henriot.

À la Libération, le 10 rue de Solférino fut réquisitionné au bénéfice de la CGT-FO. Puis c'est la Fédération de l'Éducation nationale (FEN) et ses syndicats qui héritèrent de l'essentiel des locaux, même s'il subsistait sur place des syndicats FO et aussi les retraités CGT.

La Mutualité céda les locaux au Parti socialiste en 1980 pour 17 millions de francs.

Le Front national, locataire du «Carré», 76, rue des Suisses, à Nanterre

Après la vente du siège de Saint-Cloud (5000 m²), finalement cédé pour 10 millions d'euros (suite à l'échec d'une vente avec des Chinois pour une somme comprise entre 12 et 15 millions d'euros), le FN a déménagé en novembre 2008 pour des locaux plus modestes (1800 m²) à Nanterre. L'immeuble était avant loué par une entreprise de sécurité. Un nouveau déménagement, cette fois pour Paris, est régulièrement évoqué.

Les Verts, propriétaires de la Chocolaterie, 247, rue du Faubourg-Saint-Martin (Paris Xe)

À côté des métros Stalingrad et Jaurès se situe un immeuble industriel construit par l'architecte Roussel en 1866. C'est Cécile Duflot qui négocia en 2003 l'acquisition des locaux occupés jusqu'alors par une entreprise informatique pour 1,5 million d'euros.

Le MoDem, propriétaire, 133 bis, rue de l'Université (Paris VIIe)

Le MoDem est propriétaire de son immeuble mais lorsque le parti a dû renflouer ses caisses, il a fait le choix de louer une partie de ses locaux à des start-up et à un commissaire aux comptes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant