Siège de Mayada : parmi les civils affamés, 400 sont à évacuer d'urgence

le
0
Siège de Mayada : parmi les civils affamés, 400 sont à évacuer d'urgence
Siège de Mayada : parmi les civils affamés, 400 sont à évacuer d'urgence

L'aide humanitaire est entrée dans la ville assiégée de Madaya, en Syrie, et le bilan des ONG est terrible : près de 400 civils sont dans un état très grave qui nécessite leur hospitalisation. « Quatre cent personnes doivent être évacuées immédiatement » et l'ONU espère le faire « dès que possible », a indiqué à la presse le patron des opérations humanitaires de l'ONU Stephen O'Brien.

« La première impression crève-cœur. Vous voyez beaucoup de gens dans la rue, certains sourient, nous saluent, mais la plupart sont tout simplement trop faibles. Ils ont une expression très sombre, très fatiguée », a expliqué au Guardian Pawel Krzysiek, porte-parole du comité international de la Croix-Rouge syrienne. « Une femme me demandait avec insistance : avez-vous de la nourriture? La seule chose que nous mangeons depuis des semaines, c'est de l'eau avec des épices », a-t-il encore raconté.

#Madaya operation completed. @ICRC_sy @SYRedCrescent &UN teams leaving the area. More aid to follow in the next days pic.twitter.com/fbJiSKFNYK— Pawel Krzysiek (@PKrzysiekICRC) 12 Janvier 2016

Sous l'égide du Croissant rouge, les premiers camions remplis de nourriture, de médicaments pour trois mois et de couvertures ont pénétré lundi à Madaya. Ils ont quitté la ville une dizaine d'heures plus tard, avec l'intention de revenir. Les civils à évacuer « sont en grand danger de mort » et souffrent de malnutrition ou « d'autres problèmes médicaux », a précisé Stephen O'Brien. Il venait d'informer de la situation à Madaya et dans d'autres villes syriennes assiégées - Foua et Kafraya, par des rebelles - les ambassadeurs des quinze pays du Conseil de sécurité réunis à huis clos.

Pour les évacuer en sécurité par la route ou les airs, l'ONU doit obtenir le feu vert du gouvernement syrien mais aussi des factions rebelles qui entourent la ville. Madaya, ville rebelle proche de la frontière ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant