Sidaction : 4,25 millions d'euros de promesses de dons, en baisse par rapport à 2014

le
0
Sidaction : 4,25 millions d'euros de promesses de dons, en baisse par rapport à 2014
Sidaction : 4,25 millions d'euros de promesses de dons, en baisse par rapport à 2014

«Le sida pour en finir, il faut continuer.» Alors que de nombreuses personnes pensent aujourd'hui que le VIH se guérit, la 21e édition du Sidaction a récolté ce week-end moins de dons que l'an passé. Cette opération de levée de fonds pour la recherche et la prévention du sida a en effet permis la collecte de 4,25 millions d'euros de promesses de dons contre cinq millions d'euros réunis en 2014, soit déjà 100 000 euros de moins qu'en 2013.

Dimanche déjà, l'association s'inquiétait de voir le bilan très en baisse : «Aujourd'hui, le montant de la collecte est de 2 802 235 euros contre 3,1 millions d'euros en 2014 à la même heure. Cette tendance est liée au contexte général. Elle peut être atténuée, grâce à votre soutien tout au long de la journée», avaient tenté de motiver les responsables. Mais le «contexte général» de morosité, ainsi que l'impression que le sida n'est plus une maladie qui tue, ont fini par véritablement ralentir le rythme de dons. Or, l'association rappelle que des traitements existent pour apaiser, que d'énormes progrès ont été faits, mais que l'on ne guérit toujours pas véritablement de cette maladie.

Avec 30 euros, un mois de repas à un malade

Sidaction précise qu'elle redistribue les fonds collectés à 50% pour la recherche, encore extrêmement nécessaire, et à 50% pour la prévention et l'aide aux malades en France et à l'international. Avec un don de 30 euros par exemple, «vous donnez accès à la visite à domicile hebdomadaire d'une infirmière chez un malade pendant un mois» ou «vous offrez un mois de repas dans une association pour une personne séropositive en situation de précarité». Avec 80 euros, «vous permettez à un jeune chercheur de travailler sur le virus pendant une journée» et avec 100 euros, «vous contribuez à mettre en place un an d'atelier d'insertion pour une personne séropositive».

Hors week-end de festivités, Sidaction souligne qu'il est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant