Sida : « Mes copains disent : on est jeunes, on craint rien »

le , mis à jour à 09:20
2
Sida : « Mes copains disent : on est jeunes, on craint rien »
Sida : « Mes copains disent : on est jeunes, on craint rien »

Ils ont attendu un an, mais « ça y est », ils l'ont « fait », confie timidement Ryan devant le centre de planning familial du XIXe arrondissement de Paris. Pour ce lycéen de 16 ans, comme pour sa partenaire, c'était une grande première. Si le jeune couple a utilisé un préservatif — « on ne voulait pas qu'elle tombe enceinte », dit-il —, Ryan s'est heurté à l'incompréhension de son groupe de potes. « Certains pensent que je suis nul de le faire avec, que c'est pas les mêmes sensations. Ils me disent qu'on est jeunes, qu'on craint rien », rapporte-t-il, comme si les maladies liées au sexe étaient une affaire « de vieux ».

 

En cette Journée mondiale de lutte contre le sida, plusieurs études montrant ce désintérêt des jeunes pour le préservatif font froid dans le dos. Selon un sondage OpinionWay pour la sécu et mutuelle étudiante Smerep, seuls 43 % des étudiants l'utiliseraient à chaque rapport sexuel. Le laboratoire Terpan a, lui, fait interroger 700 jeunes : 40 % disent ne pas être « suffisamment informés voire pas du tout » ; 19 % croient même que le VIH se transmet... par les piqûres de moustique. « C'est d'autant plus inquiétant que le VIH est toujours là (NDLR : 6 000 nouveaux cas en 2015), qu'il n'épargne pas les très jeunes et que le nombre d'infections sexuellement transmissibles (IST) continue d'augmenter, particulièrement chez les jeunes filles », s'alarme le professeur Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital parisien Tenon (AP-HP).

 

 

#journeemondialecontrelesida le #Sida tue encore ! La meilleure dès protection la #capote #condomcampaignefor1d pic.twitter.com/mjrG1aQPVB

— FabChic (@FabieChiche) 1 décembre 2016

 

 

 

Le dernier bulletin épidémiologique de Santé publique France, publié mardi, montre ainsi une progression des infections chlamydia chez les femmes de 15 à 24 ans. « On voit un total désintérêt des jeunes pour le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 9 mois

    Un couple hétéro stable n'est pas la population à risque, loin de là. Selon les études de l'InVS, un homosexuel a près de 4 fois plus de chance de contracter le VIH. Ne nous trompons pas de cible!

  • frk987 il y a 9 mois

    A se demander ce qu'on enseigne dans les collèges et lycées, 19% pensent à une piqûre de moustique....c'est beau l'EN.