Sid Ahmed Ghlam a pu téléphoner depuis sa cellule

le
1
Sid Ahmed Ghlam est suspecté d'avoir voulu commettre un attentat. Image d'illustration.
Sid Ahmed Ghlam est suspecté d'avoir voulu commettre un attentat. Image d'illustration.

Peut-on être incarcéré, jugé comme très dangereux, être suspecté d'avoir tenté de commettre un attentat en Ile-de-France et passer des coups de fil depuis sa cellule ? Selon Le Figaro

, Sid Ahmed Ghlam avait un téléphone portable. Placé à l'isolement à la prison de Fresnes, il n'a pas cessé de communiquer avec l'extérieur pendant les six premiers mois de sa détention.

Une puce contenant des centaines d'informations retrouvée

L'étudiant algérien qui aurait planifié en avril 2015 un attentat contre une église de Villejuif, également soupçonné d'être lié au meurtre d'Aurélie Châtelain, aurait échangé des milliers de conversations. « Sans doute par le système de yoyo en usage chez les détenus qui ainsi se font passer des objets de cellule à cellule », explique à nos confrères un proche du dossier. Les appels se seraient interrompus le jour des attentats du 13 novembre. Le Figaro révèle que sa cellule a été fouillée à deux reprises. La première a permis de retrouver une puce contenant des "centaines d'informations" et des documents de papier sur des individus partis en Syrie (ainsi que plusieurs noms de personnes impliquées dans les attentats du 13 novembre). Une nouvelle puce a été confisquée lors d'une seconde fouille.

Failles dans les prisons françaises

Ces documents ont été transmis aux services de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 il y a 7 mois

    On se sent vraiment dirigé par des professionnels dans ce pays....