Sicile : 6 migrants se noient en essayant de rejoindre une plage

le
0
Sicile : 6 migrants se noient en essayant de rejoindre une plage
Sicile : 6 migrants se noient en essayant de rejoindre une plage

Six migrants se sont noyés tôt ce matin en essayant de rejoindre de nuit une plage de la ville de Catane, en Sicile (Italie). Ils avaient sauté d'un bateau échoué à quinze mètres du bord, qui transportait une centaine d'autres immigrés en provenance de Syrie et d'Egypte. Quelques passagers ont réussi à atteindre la plage, une centaine d'autres ont été secourus pas les garde-côtes.

« L'embarcation s'est échouée sur un banc de sable. Les migrants ont cru qu'ils avaient pied, ils sont descendus du bateau mais ils se sont noyés car à l'improviste l'eau devient profonde», a expliqué le procureur en chef de Catane, Giovanni Salvi. Il a ouvert une enquête contre X pour incitation à l'immigration clandestine et homicide multiple.

La capitainerie de Catane a été alertée «peu après 5H30 qu'un bateau s'était ensablé en face d'un établissement balnéaire» a expliqué le commandant Roberto D'Arrigo, porte-parole de cet organisme. «Quand nous sommes arrivés, un bon nombre se trouvaient déjà sur le rivage», a-t-il confirmé, parlant d'une «majorité de jeunes adultes». Les corps de deux immigrés morts ont été trouvés sur la plage et quatre autres ont été repêchés par les pompiers. «Parmi les victimes, figure un jeune de 15/16 ans», a précisé Roberto D'Arrigo.

Un débarquement «complètement inhabituel»

Dario Monteforte, propriétaire de l'établissement en face duquel le bateau s'est échoué, a raconté à la chaîne de télévision en continu Sky TG24 avoir émis l'alerte à l'aube quand il a «vu une multitude de jeunes sur la plage qui couraient vers la route». Choqué par la vision des corps alignés sur la plage dans de grands sacs mortuaires, il a décidé de fermer ce week-end. «Il faut faire quelque chose, c'est vraiment une tragédie infinie», a-t-il dit, à propos des périls courus par les migrants cherchant à rejoindre les côtes italiennes.

Selon le commandant D'Arrigo, ce débarquement à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant