Si si, une dernière journée de C1 peut être excitante

le
0
Si si, une dernière journée de C1 peut être excitante
Si si, une dernière journée de C1 peut être excitante

Paris déjà qualifié, Lyon déjà dans la tombe, le football français n'a pas grand-chose à attendre de cette dernière journée de Ligue des champions. Dans le passé en revanche, la dernière rencontre d'une phase de poules a généré de belles émotions à quelques reprises. Instant nostalgie.

FC Bruges 0-1 Marseille

21 avril 1993

Avant de devenir la première et seule équipe française à remporter la C1, l'OM a dû aller chercher sa place en finale sur la pelouse du FC Bruges. À la veille de cette dernière journée de poule qui se joue en avril et fait office de demi-finale, les Belges déjà hors course promettent l'enfer aux Phocéens. Si une victoire les qualifie, les hommes de Raymond Goethals sont à la merci des surprenants Glasgow Rangers en cas de défaite, les pensionnaires d'Ibrox recevant le CSKA Moscou avec un seul point de retard. Révélation de la saison, Alen Bokšić calme les Brugeois dès la 2e avec une mine dans la lucarne. L'heure et demie qui suit est plus proche de la purge que d'une symphonie footballistique, mais la France du foot n'en a rien à carrer : l'OM est en finale pour la seconde fois et défiera un Milan AC qui apparaît alors imprenable. Ally McCoist peut pleurer côté écossais, son équipe est éliminée après son 0-0 contre les Moscovites. Quelques semaines plus tard, Basile Boli met un coup de tête de légende pour propulser cet OM 1993 dans l'histoire. Sans pleurer.

Auxerre 2-1 Glasgow Rangers

4 décembre 1996

Pour sa première en C1, l'AJA se retrouve dans un groupe plus relevé que prévu avec l'Ajax, les Rangers ainsi qu'une équipe des Grasshoppers Zürich survitaminée. Malgré des débuts difficiles, Auxerre est encore en position de se qualifier au moment de recevoir les Écossais, grâce à une victoire surprise en terres ajacides la journée précédente. Mais il reste une condition à remplir : faire mieux que les Suisses, à domicile contre les Néerlandais. Sur un centre de Rabarivony - que Jean-Michel Larqué compare à Rivellino dans l'euphorie - Laslandes ouvre le score à l'affût d'un ballon mal repoussé par Goma. Puis Marlet marque un but à la Messi quelques minutes plus tard. On croit assister à une soirée pépère jusqu'à ce que les Écossais ne réduisent le score en fin de première période, histoire de maintenir un peu de pression sur les Bourguignons. Dans l'autre rencontre, l'Ajax s'impose chez les Suisses et composte son billet avec l'AJA, qui se fera sortir au tour suivant par le futur vainqueur de l'épreuve, le Borussia Dortmund. Le tout en se faisant refuser un but en retourné acrobatique absolument valable de Laslandes. Une…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant