Si proche, si loin: à Vienne, quand internet ouvre la porte du voisin

le
0
Si proche, si loin: à Vienne, quand internet ouvre la porte du voisin
Si proche, si loin: à Vienne, quand internet ouvre la porte du voisin

Romana, Michael et Angelika sont voisins mais ils ne se connaissaient pas il y a quelques heures encore : s'ils partagent un brunch dans un square viennois en une chaude matinée d'été, c'est grâce à internet et à un réseau micro-social en plein essor, "Demande à ton voisin".Lancé en mai 2014, le site "Frag Nebenan" compte 400 nouveaux membres par semaine et cumule déjà 12.500 utilisateurs, soit près de 1% de la population de la capitale autrichienne. Un chiffre en progression exponentielle grâce au seul bouche-à-oreille.Le principe ? Mettre en relation, sur une base gratuite, des gens habitant à 750 mètres au maximum les uns des autres. Pour un coup de main, un tuyau, du troc ou des activités communes.En pleine éclosion aussi en France, en Allemagne ou aux Etats-Unis, avec des sites comme Ma Residence, Wir Nachbarn ou Next Door, la démarche se veut à l'opposé du "syndrome Facebook": plutôt que de collectionner à travers le monde des centaines d'"amis" que l'on ne rencontrera jamais, il s'agit juste de découvrir... ses voisins.Une tâche parfois particulièrement ardue à Vienne, où le quant-à-soi, voire la morgue, hérités d'un long passé de capitale impériale restent de bon ton.A 74 ans, Marianne Gramsl confie avoir opté pour la nouvelle plateforme car elle n'en pouvait plus de cet état d'esprit, incarné à ses yeux par une de ses voisines."Pendant des années, je l'ai saluée systématiquement quand je la croisais dans l'escalier, mais elle a toujours refusé de répondre. Frag Nebenan m'est apparu comme une bonne façon de trouver justement ceux qui ont envie de dire bonjour", sourit-elle. - Carte postale - Car même dans une capitale de taille moyenne comme Vienne (1,7 million d'habitants), l'isolement urbain peut guetter jeunes et moins jeunes, rappelle Stefan Theissbacher, le fondateur du site."Mon rêve était de transformer les voisinages en communautés", confie le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant