Si les joueurs de L1 étaient des burgers

le
0
Si les joueurs de L1 étaient des burgers
Si les joueurs de L1 étaient des burgers

Ce 28 mai, les Américains célèbrent le Burger Day. De la viande –beef ou chicken–, du fromage fondu, de la sauce qui n'a rien de naturel, le tout compressé entre deux buns. Avec, parfois, ce qui s'apparente à des légumes. Soit la recette d'un bonheur aussi simple que coupable. Un peu comme tout ce temps passé à regarder la Ligue 1.

  • Le Big Mac

    Tout le monde l'a vécu, ce moment où face à la caissière, l'imagination fait défaut. Ce moment lors duquel la valeur sûre vient à la rescousse : le Big Mac. Trois bouts de pain, deux steaks, deux tranches de fromage, un peu de salade, et beaucoup de plaisir. Oui, le Big Mac est une référence qui domine le burger game comme Zlatan Ibrahimovic plane sur la Ligue 1. L'assurance de buts à foison, de spectacle et d'un soupçon de provocation. Zlatan, c'est tout ce qu'on aime.



  • Le Long Bacon

    Ses deux steacks enfermés entre des tranches d'emmental et de cheddar sur le dessous, et du bacon en lamelles sur le dessus, le long bacon vaut essentiellement par sa sauce. Tellement addictive, qu'elle peut à elle seule pousser le gourmet à franchir les portes d'un Quick. Quitte à accompagner son burger de frites sans sel, d'un Pepsi à la place du Coca, le tout dans un sac sans anses. Oui, le Long Bacon brille tel un joyau au milieu d'un océan de déprime. C'est Paul-Georges Ntep.



  • Le McChicken

    Pour ce repas, c'est décidé, vous souhaitez vous prendre un ‘dwich différent de celui de vos camarades. Vous démarquer, quoi. Quand la commande des potes adeptes du 280 et d'un Big Mac est terminée, c'est à votre tour. Et là, vous prononcez la phrase interdite : "Un McChicken, s'il vous plaît." C'est sûr, quand vous rejoindrez vos amis à l'étage, ils en seront déjà à la moitié de leur menu. Un retard qui sera toutefois payant, car votre dégustation restera très savoureuse. Le McChicken de l'hexagone, c'est Lucas Barrios. Une attente de 17 journées pour assister à son premier but en Ligue 1, puis une explosion avec cinq buts inscrits en six journées. Comme le poulet, Barrios aime se faire désirer.











  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant