Si les icônes du rap français étaient des clubs de foot…

le
0
Si les icônes du rap français étaient des clubs de foot…
Si les icônes du rap français étaient des clubs de foot…

Jérémy Ménez dans Chargeur plein de Zesau, Karim Benzema qui délaisse Rohff pour les faveurs de Booba, les mecs du 113 abonnés au virage Auteuil, Soprano qui invite Pape Diouf dans un clip, bref, entre le football et le hip-hop, c'est des une-deux à la pelle. Mais qu'est-ce que ça donnerait si les icônes du rap français étaient des équipes de football

L'École du micro d'argent d'IAM = L'OM 1993 À jamais les premiers. Dans cet album d'IAM – enregistré à New York – il y a tout : du bon son, des rimes, des mots, des messages, du flow, des featuring, une production au poil et un savant mélange intellect-rue. 1 million de supporters vont se ruer dans les tribunes de cette école. Comme l'OM en 1993, rien ne résiste à "La Saga" de Raymond Goethals. Dans sa tour d'ivoire, Jean-Claude Gaudin-Skywalker doit lustrer son sabre quand l'OM braque l'AC Milan en finale de Ligue des champions à Munich. La tête de Basile Boli permet à "L'empire du côté obscur" de devenir le premier et l'unique vainqueur français d'une C1, le prochain vainqueur tricolore ça n'est pas pour demain. D'autant que "Demain, c'est loin". Le 26 mai est maintenant une date déposée. L'École du micro d'argent, un album breveté. Il y a du génie dans ce disque. Comme dans cette victoire.
Les X = le PSG Banlieue des 2000's Début des années 90, les X-Men (qui vont vite devenir les X) font leurs armes dans un label indépendant appelé Time Bomb. Dans le réacteur de ce label indé, les X parlent tactique avec Booba, Oxmo Puccino, Pit Baccardi. Sur les ondes, ça envoie des "fuck" aux majors tout en balançant des rimes hardcores sur le beat. Avec le temps, les X s'enflamment et bossent sur Jeunes, coupables et libres, qui doit être leur chef-d'œuvre. Avant même la sortie du disque, la France a peur. Sur le papier, ça doit révolutionner le genre. Les gamins de Ménilmontant sont trop doués pour se planter. Un peu comme le PSG de l'an 2000 où Dalmat, Luccin, Anelka, Mendy ou Distin sont là pour faire du club de la capitale un étendard de la grande couronne. Le club veut devenir jeune, branché, faussement bad boy et présent dans les quartiers. L'idée est nouvelle, prometteuse, bandante. Promis aux cimes du hip-hop français, les X ne vont jamais prendre le pouvoir. Un morceau culte dans la BO de Ma 6-T...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant