Si les grands du reggae étaient des joueurs de foot

le
0
Si les grands du reggae étaient des joueurs de foot
Si les grands du reggae étaient des joueurs de foot

Ce soir, les Reggae Boyz vont croiser la route de l'Argentine de Messi. S'ils ont été loin d'être ridicules durant cette Copa, gageons néanmoins que c'est malgré tout encore et toujours par la musique inna yard que la Jamaïque arrive à exister sur la mappemonde des grandes instances. Justement quel aurait été le visage du football jamaïcain si les grands du reggae, du ska ou du ragga avait été des taquineurs du cuir ?

Bob Marley

S'il n'avait pas été un musicien, il aurait voulu, désiré, rêvé être footballeur. Il le répétait constamment. À l'instar de son pote, vaguement garde du corps, Alan Skill Cole, le premier Jamaïcain à avoir eu l'honneur d'évoluer au Brésil, la "Jérusalem" du ballon rond, toute proche. Sa passion se révéla si grande, qu'une fois réfugié à Londres, il se rendait à White Hart Lane encourager Tottenham et surtout admirer une de ses idoles, paradoxe du jour, l'Argentin Ardilés. Beaucoup le compareraient volontiers à Pelé, vu sa stature. Mais au regard de sa carrière, qui atteint ses sommets davantage sous Coxson, période ska & rude boy, ou niveau reggae avec Lee Perry, le Jan Palach du Dub qui incendia son studio un soir de révélation mystique, c'est du côté de Johan Cruijff qu'il faut chercher l'ADN jumeau, lui qui, en basculant de l'Ajax au Barça, perdit en inspiration et en "roots" ce qu'il gagna en "mainstream" et "renommée grand public".

Bob Marley

Toots Hibbert

Le leader des Maytals, auxquels d'aucun attribue la première utilisation sur disque du terme "reggay" en 1968, était souvent comparé à Otis Redding. Une touche southern soul, une dose de romantisme, de la classe et du charisme, ainsi qu'un certain sens du politique qui le rapproche de Gill Scott Heron. Ces grands morceaux, de Pressure drop à 54-46 (sur son expérience en prison) firent naturellement danser The Clash, eux aussi le cul entre deux chaises, et sont le secret le moins bien gardé de la musique jamaïcaine. Du style, du génie, du vécu et de l'endurance, le portrait type d'un Sócrates, non ?

Toots Hibbert

Jimmy Cliff

Le Poulidor du reggae. Dur d'être celui qui a failli, celui dont…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant