Si les footballeurs étaient des personnages de Street Fighter

le
0

Si vous êtes nés dans les années 80, voire début des 90's, vous avez forcément, au moins une fois dans votre enfance, joué à Street Fighter II sur Super Nes. Ryu, Ken, Chun Li, Dhalsim... Des noms, des décors, des coups spéciaux. Et, maintenant, des analogies avec les joueurs de foot.

  • Ryu

    Ryu est à Street Fighter ce que San Goku est à Dragonball Z : un porte-étendard. D'ailleurs, réussir à le battre sur deux matchs secs, sur le balcon de son temple nippon, a toujours été une mission très compliquée. On parle là d'un mec qui, plus le mode de difficulté augmente, est capable d'enchaîner toutes ses attaques sans temps mort. Trois Hadoken à la suite par-ci, deux Shoryuken par là, et son fameux coup de pied circulaire, celui dont il est impossible de prononcer le nom. Oui, Ryu, c'est le gars plein de ressources, qui a toujours un coup dans la poche. Tu pensais tranquillement pouvoir enfin te le farcir au corps à corps après avoir évité ses Kamehameha du pauvre ? Bah non, il enchaîne avec autre chose. Et bien souvent, c'est ce coup de trop qui te brise mentalement. En cela, Ryu a de nombreux points communs avec Thierry Henry. Un coup spécial : le Hadoken pour l'un, la frappe enveloppée petit filet opposée pour l'autre, mais pas seulement. Titi avait aussi ses coups spéciaux supplémentaires, ses Shoryuken et ses coups-de-pied circulaires à lui. La pointe de vitesse, le contrôle orienté, la prise de balle... Et puis, Ryu avait l'habitude de célébrer ses victoires avec la main en l'air. Un geste que Henry n'aurait pas renié.



  • Dhalsim

    Ah, Dhalsim. Dans son palais, avec ses éléphants et ses crânes autour du cou. Quand on était gosse, Dhalsim était clairement le personnage le plus nul du jeu. Tout lent, avec toujours son attaque pourrie du "Yoga Fire" et "Yoga Flame", ou sa télé-transportation typique de la victime qui fuit le combat. D'ailleurs, Dhalsim, c'est souvent le combattant que tu affrontais en premier, et qui n'a jamais fait rêver personne. Et puis, tu as grandi. Les consoles ont évolué, et aujourd'hui tu es sur PS4. Mais de temps en temps, tu ne te refuses pas une petite session Super NES. Et tu retentes tous les personnages de Street Fighter. Là, stupeur. Tu te rends compte qu'en fait, Dhalsim, il n'est pas si nul que ça. Oui, il est lent, mais avec ses jambes et ses bras qui s'allongent, ses…





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant