Si les footballeurs étaient des chansons de Gainsbourg

le
0
Si les footballeurs étaient des chansons de Gainsbourg
Si les footballeurs étaient des chansons de Gainsbourg

Né le 2 avril, Serge Gainsbourg n'était pas réputé pour être un grand sportif. Lui, c'était plutôt les femmes, et ses Gitanes n'avaient rien à avoir avec André-Pierre Gignac. Mais entre ses hymnes à l'amour, ses mélodies enjouées, son écriture automatique et ses références, difficile de ne pas attribuer quelques-unes de ses plus grandes œuvres à certains footballeurs

  • Par hasard et pas rasé Début des années 70, Gainsbourg assume enfin son côté dandy débraillé et s'affiche comme tel à droite à gauche. Pas rasé, cheveux hirsutes, il pose dans ce clip, installé sur un tabouret, à l'aise. Contrairement à ses débuts dans la musique, il ne semble plus spécialement intimidé : fini le trac, Gainsbourg est sûr de lui et de ses principes. Dans la chanson, il se fait néanmoins souffler la vedette par un " para qui les tombe toutes ", le tout sur une ballade lors de laquelle Gainsbourg prouve tout de même un talent évident. Tout ça sonne un peu Éric Cantona du début des nineties qui, en plus d'aligner les titres et les chefs-d'œuvre avec Manchester United, commence à passer du côté de la culture. Le "para", ici, c'est Alan Shearer, à qui aucun filet ne résiste et qui règne sur le classement des buteurs trois années durant.


  • Ex-Fan des sixties Quand on la chantonne, la nostalgie n'est jamais bien loin. Il suffit d'entendre la première note pour penser à tous ces héros des sixties morts depuis. Les Beatles, les Doors, les Animals les filles en étaient fans, mais les mecs aussi ! La montée d'un ton en fin de morceau peut évoquer une fin de carrière fracassante, le tout soutenu par une basse dont l'efficacité est absolument indispensable à la bonne tenue de la chanson. Ex-Fan des sixties, c'est une petite boîte à musique qu'on remonte, c'est toujours la même ritournelle, mais qu'est-ce qu'elle est belle à entendre, y a rien à dire. Un peu comme Andrea Pirlo. Coupe à la Beatles, il rend dingue les deux sexes, il a toujours pu compter sur une base à la Gattuso pour le soutenir et il connaît une putain de fin de carrière à faire moduler Jane Birkin.

  • La Javanaise "Sha-la-la-dam". Présents durant tout le morceau, les chœurs donnent la sensation d'une équipe, d'un groupe soudé et capable de belles prouesses. Derrière, la mélodie connaît un envol mis notamment en évidence par les…






  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant