Si les chansons des Beatles étaient des joueurs de football - Partie 4

le
0
Si les chansons des Beatles étaient des joueurs de football - Partie 4
Si les chansons des Beatles étaient des joueurs de football - Partie 4

Des pubs de Liverpool jusqu'aux platines des foyers du monde entier, ils ont marqué l'histoire de musique en seulement dix ans. Les années 1960 leur disent encore merci, tout comme toutes celles qui ont suivi. Véritables génies artistiques et icônes pop par excellence, les Beatles continueront à traverser les âges des décennies durant. Et leur discographie continuera à nous faire penser à des joueurs de football.

Si les chansons des Beatles étaient des joueurs de football - 1re partie

Drive my car


Enregistré quelques semaines après la sortie de "Help !", le sixième album des Beatles, "Rubber Soul" marque l'entrée des quatre garçons dans le vent dans leur deuxième période. Terminé les reprises, les rocks à l'eau de rose et place aux psychotropes et au expérimentations déjantées. Pourtant, comme pour se souvenir du bon vieux temps, la galette s'ouvre avec le rock le plus puissant jamais interprété par les Beatles. Drive my car, composée par Lennon et McCartney, se veut critique envers les jeunes femmes de Los Angeles, des princesses qui n'ont finalement ni princes ni châteaux comme le pensait John Lennon. En bref, il s'agit d'une chanson satirique, comique même par certains abords, comme les quatre musiciens aimeront par la suite en composer. Une princesse sans prince ni château, c'est évidemment ce qu'est Grégoire Akcelrod. Un homme qui a chanté sans s'arrêter pendant des semaines : " Can't you see I wanna be famous, a star on the screen. " Une vie de mensonges et d'exagérations pour en arriver à une conclusion triste mais méritée. " Listen baby I got something to say, I got no car and it's breaking my heart. But I've found a driver and that's a start. " Pas un, mais bien des conducteurs, tous tombés dans son panneau.

Norwegian Wood (This Bird Has Flown)


Cette perle de John Lennon, assisté sur la fin par Paul McCartney, est la première des Beatles à faire la part belle à la sitar. Norwegian wood est un texte très personnel de John Lennon, alors marié à Cynthia Powell. Cette idylle ne semble malheureusement plus lui convenir – les deux se sont mariés après l'annonce d'une grossesse – et Lennon commet de nombreuses infidélités. C'est de l'une d'elles qu'il est question dans ce titre dont le calme tranche avec Drive my car. Invité par une femme dans un appartement aux meubles en pin norvégien, John Lennon se réveille finalement seul et décide de brûler l'appartement après cette déconvenue. " So I lit a fire, isn't it good, norwegian wood. " Cette aventure extra-conjugale au…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant