Si les chansons des Beatles étaient des joueurs de football - Partie 1

le
0
Si les chansons des Beatles étaient des joueurs de football - Partie 1
Si les chansons des Beatles étaient des joueurs de football - Partie 1

Des pubs de Liverpool jusqu'aux platines des foyers du monde entier, ils ont marqué l'histoire de musique en seulement dix ans. Les années 1960 leur disent encore merci, tout comme toutes celles qui ont suivi. Véritables génies artistiques et icônes pop par excellence, les Beatles continueront à traverser les âges des décennies durant. Et leur discographie continuera à nous faire penser à des joueurs de football.

Anna (Go to Him)


Parue sur le premier album studio des Beatles, Please Please Me, sorti en 1963 au Royaume-Uni, Anna (Go to Him) est en fait une reprise. Si la reprise des Beatles a fait un carton, l'originale avait été écrite et interprétée un an plus tôt par Arthur Alexander. Dans cette dernière, le chanteur explique à la fille qu'il aime qu'elle peut partir pour un autre si elle pense trouver plus de bonheur dans ses bras (" You come and ask me girl to set you free girl, you say he loves you more than me, so I will se you free "). Cette chanson des quatre garçons dans le vent, c'est évidemment une mise sur partitions de Neymar. Convoité dès son plus jeune âge par le Real Madrid, la Maison Blanche a dû essuyer plusieurs refus de sa part avant de le voir partir pour le FC Barcelone. " I still love you ", chante aujourd'hui la Maison Blanche. Robinho pourrait aussi faire chanter cette reprise à Stamford Bridge. Annoncé à Chelsea, le Brésilien avait finalement rejoint Manchester City, s'y perdant complètement en conférence de presse. Plus récemment, et en français, on pourrait faire chanter aux Bretons " Majeed, rejoins le" (Lorient).

Youtube

I saw her standing there


Même album, chanson d'ouverture, autre signification. I saw her standing there, c'est l'histoire d'un coup de foudre, d'un amour juvénile et d'une irrésistible attraction d'un homme pour une très (trop?) jeune fille. " Well, she was just 17, you know what I mean ", chante Paul McCartney dans ce que beaucoup verront plus tard comme un sous-entendu sexuel. Le choc est tel que le chanteur promet de ne plus jamais danser qu'avec cette adolescente, cette perle unique et déjà irremplaçable. Bien évidemment, cette chanson pourrait être Lionel Messi, mais rien n'indique dans cette dernière que l'histoire se termine bien pour l'amant. Alors ce titre pourrait faire penser à tous ces génies précoces dont se sont emparés les grands clubs avant même leur majorité, parfois pour leur plus grand bonheur, parfois en les faisant voler trop près du ciel. Pêle-mêle, on peut citer l'éternel nouveau Pelé, Freddy Adu, la longue liste des nouveaux Zizou, Camel…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant