Si le football était une œuvre d'art ?

le
0

À l'été 2012, Mino Raiola avait comparé son client Zlatan Ibrahimović à la Joconde. Quels autres footeux pourraient être associés à des œuvres artistiques ?

Le Cri d'Edvard Munch

Un homme qui souffre, visiblement de douleur ou d'angoisse, voire des deux. Un peu en arrière-plan, deux individus ne semblent pas se soucier de son désarroi. Peint en 1893 par le Norvégien Edvard Munch, Le Cri fut un temps la peinture la plus chère du monde, avec une vente à 119 millions de dollars à New York en 2012. Un peu comme Yoann Gourcuff, acquisition coûteuse pour l'Olympique lyonnais en 2010, mais jamais vraiment rentable. Tel le cri du personnage de Munch qui déforme l'ensemble de la toile, le Breton était capable d'influer positivement sur le jeu lyonnais quand il daignait jouer, mais aussi d'être mis en arrêt une semaine parce qu'un coéquipier lui avait tapé trop fort dans la main. Les deux mecs en arrière-plan sur la toile de Munch, c'est le collectif lyonnais qui a réussi à vivre avec son meneur de jeu torturé. Le Cri, c'est Yoann Gourcuff depuis 2010.

Le Massacre des Innocents de Pierre Paul Rubens

L'œuvre de Pierre Paul Rubens revient sur l'épisode biblique du massacre des Innocents de Bethléem, la mise à mort d'enfants juifs orchestrée par le roi Hérode pour empêcher l'avènement du Messie. En 2014, le peintre flamand aurait pu faire une nouvelle version en s'appuyant sur la demi-finale de Coupe du monde 2014 entre le Brésil et l'Allemagne (7-1). Pas de roi Hérode ici, juste le réalisme allemand, et une victime idéale, la Seleção, officiellement et pour longtemps ringardisée par la Nationalmannschaft. Seule différence, le sosie de Jésus Christ prend cher dans le remake de 2014.


L'homme qui marche I d'Alberto Giacometti






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant