Si la Suisse avait un smic... il serait de 3 240 euros !

le
35
Les Suisses s'apprêtent à voter pour un salaire minimum qui concernerait seulement 9 % de ses salariés, en particulier des femmes.
Les Suisses s'apprêtent à voter pour un salaire minimum qui concernerait seulement 9 % de ses salariés, en particulier des femmes.

Considérant que la Suisse offre des salaires parmi les plus élevés du monde, la gauche et les syndicats, par le biais d'une "initiative populaire" (un référendum), proposent d'instaurer un revenu minimal à 4 000 francs suisses (3 240 euros). Théoriquement, ce vote ne devrait pas bouleverser l'économie florissante de ce petit pays. Actuellement, seuls 9 % des salariés perçoivent un revenu inférieur, soit autour de 330 000 personnes.

Selon les dernières statistiques, qui remontent à 2010, le salaire médian helvétique atteint 4 845 euros ! Et certains cantons montent la barre beaucoup plus haut. Il y a peu, lors d'un conflit entre l'État de Genève et ses fonctionnaires, l'administration révélait que le salaire moyen atteignait l'équivalent de 7 275 euros par mois. Et ce n'était pas la rémunération d'un chef de service, mais celle d'un employé lambda. Dans ces conditions, certains enseignants savoyards préfèrent abandonner leurs classes pour conduire un bus ou distribuer du courrier dans la cité de Calvin.

Les femmes les plus concernées

Certes, tout est beaucoup plus cher dans la Confédération, à commencer par le logement, l'alimentation, les soins médicaux. Mais, dans l'ensemble, les Suisses vivent très correctement, d'autant que le chômage tourne autour de 3 %. Selon l'Union syndicale suisse (USS), les bas salaires concernent majoritairement les femmes travaillant dans l'agriculture, le personnel de service, le commerce de détail....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le jeudi 24 avr 2014 à 00:53

    Oui ,mais Z'ont pas beaucoup de TAXE et d'IMPÔT,alors Big salaires ......

  • guyguy18 le mercredi 23 avr 2014 à 19:17

    Z'ont l'air c..les français......

  • M2766070 le mercredi 23 avr 2014 à 18:57

    moi ce que je reconnais c est : les syndicats (des vrais pour tt le monde) qui négocient par branche, les salaires les contrats.. pas com ici

  • M2766070 le mercredi 23 avr 2014 à 18:56

    y en a pas des masses qui ont compris... m716, pis un otr avant!!les autres circulez.. C est quand mem bon les assurance des frontaliers 100% sur les soins, salaires net, les piliers, pour la retraite.. enfin MIEUX QU ICI ..Sauf le prix de l immo, très, très cher!!! pour la richesse, bein les banks comme ici , elles donnent rien !!donc ya des riches et des .. otr

  • puck le mercredi 23 avr 2014 à 18:13

    C'est quand même sympa un pays riche, sans SMIC avec des habitants qui roulent dans de vraies voitures, allemandes, et qui considèrent le socialisme comme une insulte, vive la Suisse !

  • tmaquet le mercredi 23 avr 2014 à 16:58

    Tiens, on n'a pas entendu la fable habituelle du franchouillo de base qui se demande bien comment un Suisse arrive à se soigner avec une faible couverture sociale.

  • tmaquet le mercredi 23 avr 2014 à 16:54

    Si la Suisse avait un SMIC, elle n'aurait pas un taux de chômage à 3% mais plutôt à 10%.

  • M4760237 le mercredi 23 avr 2014 à 15:50

    En France, on partage la misère. En Suisse, on partage la richesse. C'est toute la différence entre le socialisme et le libéralisme raisonné.

  • M7163258 le mercredi 23 avr 2014 à 13:38

    4000Frs (c'est 45 à 50 heures par semaine ) c'est ce qui est proposé et c'est du brut, les charges patronal sont quasi nulles c'est en partie pour cette raison que les salaires sont hauts, à charge du salarié de s'assurer correctement il doit payer l'AVS et ensuite prendre une assurance personnelle.Comparer des chiffres de cette manière sans explications c'est alimenter des polémiques stériles

  • M7732327 le mercredi 23 avr 2014 à 12:12

    Les Suisses ont trouvé la poule aux oeufs d'or. Ils ont bien raison de plumer le coq gaulois, qui n'est d'ailleurs plus coq, mais chapon.