« Si la règle l'autorise, ça ne me choque pas »

le
0
« Si la règle l'autorise, ça ne me choque pas »
« Si la règle l'autorise, ça ne me choque pas »

Après avoir assisté hier à l'assemblée générale de Provale, le syndicat des joueurs professionnels, Pierre Rabadan, 36 ans, l'ancien 3e ligne du Stade Français, a regagné l'Hôtel de Ville de Paris où il occupe désormais la fonction de conseiller sport de la maire Anne Hidalgo. Entre deux rendez-vous, il a accepté d'évoquer l'affaire qui secoue le Racing 92 (NDLR : des traces de corticoïdes ont été retrouvées dans les urines de Carter, Imhoff et Rokocoko ).

 

Cette affaire vous inquiète-t-elle ?

PIERRE RABADAN. Je ne sais pas si on peut dire qu'elle m'inquiète. Mais c'est préoccupant parce que si tout a été fait dans les règles pour le traitement des pathologies en cause, je trouve que c'est dommage de donner cette image de dopage. C'est jeter la suspicion sur une affaire qui n'est pas liée à du dopage mais à un traitement thérapeutique.

 

Que trois joueurs de la même équipe soient concernés, cela vous surprend-il ?

La seule question est : Qu'est-ce qu'ils avaient ? Qu'est-ce qui a nécessité une prise de corticoïdes ? Et dans quel délai ? Ça, je ne le sais pas. Si un joueur qui s'est qualifié pour une finale a les moyens de la jouer, sans trop avoir mal, par des moyens légaux, évidemment qu'il va s'en servir. C'est logique. Si ça reste dans un cadre réglementé, il n'y a pas de débat. Après, il faut juste savoir si, à un moment, ils sont sortis de ce cadre-là et ont fait quelque chose qui n'était pas réglementaire ou dans un délai qui ne l'était pas.

 

Avez-vous déjà eu recours aux corticoïdes ?

Peut-être une fois dans la cheville. Mais je sais que, si on l'a fait, on faisait la déclaration préalable. Je me souviens de mecs qui avaient des traitements par inhalation, et on demandait des AUT (NDLR : autorisation à usage thérapeutique). Mais à aucun moment ça n'avait d'effets dopants, je vous rassure.

 

Mais les corticoïdes ne soignent pas la blessure, juste la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant