«Si la Grèce sombre, l'UE est menacée»

le
0
INTERVIEW - Premier ministre du Portugal depuis le mois de juin, Pedro Passos Coelho, social-démocrate, analyse la crise de la zone euro, défend son plan de rigueur et les réformes engagées pour redresser le pays, placé sous tutelle du FMI et de l'UE.

LE FIGARO - Vous avez rencontré vendredi le président Nicolas Sarkozy. Quelle analyse faites-vous de la crise en zone euro ?

Pedro Passos Coelho - Nos points de vue sont convergents. Il faut accélérer le processus de ratification du plan de juillet afin que l'UE parle d'une même voix. C'est essentiel pour éviter le risque systémique. Comment convaincre les marchés lorsque des leaders européens expriment des doutes sur l'avenir de l'Europe ! Il faut l'éviter absolument, il est préférable de se taire que de semer le doute.

Ne serait-il pas préférable d'organiser la faillite de la Grèce ?

Je refuse de faire des prévisions, je préfère être patient en espérant qu'Athènes tienne ses objectifs et mène des réformes viables. Si la Grèce sombre, c'est toute l'UE qui sera en péril. Nous devons aider la Grèce et en même temps renforcer l'UE, instituer un gouvernement économique plus intégré qui traitera notamment de fiscalité.

Quelles sont les conséquences ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant