« Si la grande distribution arrive, on est morts »

le , mis à jour à 07:00
1
« Si la grande distribution arrive, on est morts »
« Si la grande distribution arrive, on est morts »

Peu avant midi, deux ouvriers posent la carotte signalant un bureau de tabac à l'entrée du magasin. A 15 h 45, les premiers paquets de cigarettes sont placés dans le présentoir blanc. Ouvert depuis le 22 juillet, le Monop'station de la gare d'Epinal (Vosges) vient de recevoir sa première livraison de tabac. Angélique, une salariée, ramène deux cartons pleins de cartouches et tente tant bien que mal de ranger les paquets de cigarettes. « Je ne connais pas du tout ce commerce. Je n'y comprends rien », répète-t-elle sans cesse. Expresso à la main, un client s'étonne devant le présentoir. Ancien petit commerçant (il a tenu une supérette) devenu chauffeur de bus, Didier Lebrun a été en concurrence avec la grande distribution. « Vendre du tabac ici ? C'est n'importe quoi ! Ils se font suffisamment d'argent comme ça », lâche-t-il.

Pourtant, la filiale de Monoprix n'a fait que reprendre, en juin, deux commerces — le Relay et la Croissanterie — qui existaient au même endroit. Et les salariés avec. Lesquels, de leur propre aveu, sont tous autorisés à vendre du tabac alors qu'ils n'ont pourtant fait aucun stage, ni reçu la moindre formation. Et c'est bien ce qui exaspère les buralistes du cru. Installés sur les bords du canal des Vosges, Sébastien et Vanessa Huberer tiennent le Pacha. N'ayant aucun employé, faute de moyens, les deux conjoints n'ont pu prendre qu'une semaine de vacances depuis leur installation il y a trois ans. Ils sont ulcérés par l'arrivée de ce concurrent un peu spécial. « Est-ce que Monoprix est buraliste ? Non ! s'emporte l'ex-technicien de maintenance. La grande distribution veut tout. Rien ne les empêchera de prendre notre marché ! »

Face au musée départemental d'Art ancien et contemporain, le Carré noir, bar-tabac tenu par Patrick Cornu depuis 1992. « Ils n'ont pas les mêmes contraintes que nous, tance le buraliste, crâne rasé, barbe naissante et lunettes rouges sur le nez. Chez nous, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5065888 il y a 8 mois

    "'ils n'ont pourtant fait aucun stage, ni reçu la moindre formation". Là je voudrais qu'on m'explique, il faut un diplôme pour vendre un paquet de cigarettes ?