Si Gülen n'est pas extradé, les relations Turquie-USA en pâtiront-Ankara

le
0
    ANKARA, 25 juillet (Reuters) - Le ministre turc des Affaires 
étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré lundi que les relations 
entre les Etats-Unis et Ankara souffriraient d'un refus de 
Washington d'extrader le prédicateur en exil Fethullah Gülen, 
que le pouvoir turc accuse d'être l'instigateur du putsch manqué 
du 15 juillet.  
    Dans une interview à la chaîne de télévision Habertürk, il a 
ajouté qu'il aurait lors de sa prochaine visite aux Etats-Unis 
des entretiens sur la question d'une extradition de Fethullah 
Gülen, qui vit en exil depuis 1999. 
    Gülen dément avoir joué un rôle dans la tentative de putsch, 
et Washington dit aux Turcs qu'ils doivent fournir la preuve de 
son implication. Selon des avocats, un processus d'extradition 
pourrait prendre plusieurs années. 
    Mevlut Cavusoglu a reproché en outre aux Européens de 
menacer la Turquie concernant le projet éventuel de rétablir la 
peine de mort, qui a été abolie en 2004. 
    Un peu plus tôt, lundi, Jean-Claude Juncker, président de la 
Commission européenne, avait déclaré que le rétablissement de la 
peine de mort en Turquie signifierait l'arrêt des négociations 
en vue d'une adhésion à l'UE. ( )  
 
 (Ece Toksabay; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant