« Si c'est pas Nicolas, je voterai Le Pen »

le , mis à jour le
2

« Laissez-moi passer ! Je viens voir Nicolas ! » hurle un sexagénaire en tentant de forcer les barrières de sécurité du Zénith. L'homme se fait très vite rabrouer par la cohorte de supporteurs qui attendaient avant lui de pouvoir entrer dans la salle.

 

Il y avait beaucoup de tension hier après-midi, porte de la Villette à Paris (XIXe). Des supporteurs à cran, parfois venus de très loin pour assister au meeting parisien de Nicolas Sarkozy... « notre idole », s'enflamme Stéphanie, arrivée la veille de Marseille (Bouches-du-Rhône).

 

Les sondages qui le disent distancé par Alain Juppé au second tour de la primaire, les suites de l'affaire Bygmalion ou les attaques de son ex-conseiller Patrick Buisson (lire ci-contre) n'entament en rien leur enthousiasme. A voir l'ambiance surchauffée, on croirait même que toutes ces péripéties les galvanisent !

 

Valérie, avec son débardeur blanc à l'effigie de Sarkozy, résume l'état d'esprit : « Plus on tapera sur lui, plus on sera derrière lui. Il est vingt coudées au-dessus des autres », affirme cette Parisienne, lui faisant pour seul reproche « de ne pas avoir été assez loin dans le Kärcher quand il était président de la République ». Pour elle, le discours très à droite de son champion est le seul qui vaille, « et surtout pas l'identité heureuse de Juppé. C'est une forfaiture ! » tance-t-elle. « J'ai un neveu qui est mort au Bataclan. Sarkozy est le seul qui dise clairement les choses sur la menace terroriste en France », justifie Jeanine, militante de Levallois (Hauts-de-Seine), qui n'hésite pas à comparer Juppé, Fillon, NKM et Le Maire, bref tous les autres candidats, « à des traîtres ».

 

« Aujourd'hui, plein de gens n'en peuvent plus : au boulot, dans le métro, à l'école... partout, dresse Cyril, quadra de Seine-et-Marne. Le malaise est profond et il n'y a que Sarkozy qui dise clairement les choses. » Mais que feront-ils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1461628 il y a 10 mois

    Je ne cherche pas la bénédiction du petit Paris mondain, je cherche la résurrection du peuple de France.", il dénonce les méchants bobos de gauche et se veut le défenseur de la classe moyenne contre le déclassement.....Drôle si ce n'était une nouvelle manipulation de campagne pathétique de Sarkosy le défenseur deceux qui souffrent par celui qui habite Villa Montmorency Paris 16ème, quartier très privé des grosses fortunes ......Très très loin de la France qui souffre...

  • franck8 il y a 10 mois

    Sarkozy est devenu un candidat d'extrême droite.