«Shutdown» : Obama signe l'accord mettant fin à la crise budgétaire

le
0
«Shutdown» : Obama signe l'accord mettant fin à la crise budgétaire
«Shutdown» : Obama signe l'accord mettant fin à la crise budgétaire

Les Etats-Unis ne feront pas défaut. Après seize jours de «shutdown», le président Barack Obama a signé dans la nuit de mercredi à jeudi le texte mettant fin à la crise budgétaire. La veille en effet, les sénateurs américains sont enfin parvenus à un accord et le Congrès a fini par relever au dernier moment le plafond de la dette du pays, concluant une crise politique historique après d'intenses tractations et deux semaines de péripéties parlementaires.

Selon les termes du compromis, le Trésor est autorisé à emprunter jusqu'au 7 février et l'Etat fédéral est financé jusqu'au 15 janvier. L'ensemble des fonctionnaires fédéraux mis au chômage technique à cause de l'impasse sont rappelés au travail dès ce jeudi matin. Ils seront tous payés rétroactivement. Le compromis est provisoire et ne donne que quelques mois aux deux camps pour réconcilier leurs positions budgétaires. Une commission bicamérale doit être convoquée et élaborer d'ici le 13 décembre les contours d'un budget pour le reste de l'année 2014, une invitation au compromis dont se sont montrés jusqu'à présent incapables les élus du Congrès, divisé entre démocrates et républicains.

Les Républicains capitulent face à Obama

Dans cet affrontement idéologique, ce sont les Républicains et leur chef, le président de la Chambre John Boehner, qui ont fini par capituler: «Nous nous sommes battus pour la bonne cause, mais nous n'avons pas gagné», a déclaré ce dernier depuis son fief de l'Ohio. «J'ai dit depuis le départ que je savais comment ça se terminerait», a commenté, consterné, le sénateur républicain John McCain, très critique de la stratégie d'intransigeance adoptée par ses collègues de la Chambre. D'autant que la mouvance ultra-conservatrice du Tea Party, dont les élus sont accusés d'avoir provoqué l'impasse, n'a jamais été aussi impopulaire.

John Boehner a par ailleurs promis de continuer à lutter contre «la catastrophe que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant