Shoah : souvenirs de déportation

le
0
Plusieurs rescapés ou enfants de rescapés ont assisté mardi à la cérémonie organisée sur le site de l'ancienne gare de Bobigny d'où partirent les derniers convois de déportés vers les camps de la mort. Voici quelques uns de leurs témoignages recueillis sur place par Le Figaro

• Yvette Levy, 84 ans, a fait partie du dernier «grand convoi» qui quitta Bobigny le 31 juillet 1944:

«J'étais arrivée au camp de Drançy une dizaine de jours avant. J'avais 18 ans, je venais du foyer de l'UEJF (Union des étudiants juifs de France) de la rue Vauquelin, dans le Quartier latin à Paris où j'avais participé au sauvetage d'enfants juifs. À Drançy, ils nous demandaient ce qu'étaient devenus nos parents, où ils se trouvaient. Je savais qu'il ne fallait pas répondre. Les parents de ceux qui donnaient un nom, une adresse, ont tous été raflés. J'ai dit que les miens avaient été tués dans le bombardement de Noisy-le-Sec et… j'ai retrouvé tous les miens.

Un jour, à Drançy, ils nous ont mis dans des autobus pour nous emmener ici, à Bobigny. Mon autobus est resté en haut sur le talus. Nous avons à peine eu le temps d'attraper nos baluchons - nous n'avions presque rien pu emporter en quittant le foyer - et nous avons dégringolé ce talus pour monter dans l...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant