Shoah : ce que disent les programmes scolaires

le
0

Au-delà des programmes, les professeurs peuvent inviter des déportés, de plus en plus rares, à témoigner dans les classes, et organiser des voyages scolaires.

Comment enseigner le génocide des Juifs? Comment concilier fait historique et émotion? Le devoir de mémoire a-t-il sa place dans les enseignements d'histoire? Autant de questions sous-jacentes à l'enseignement de la Shoah. «Nous sommes passés depuis vingt ans d'un devoir de mémoire à un vrai travail d'historien», estime Benoît Falaize, agrégé d'histoire et formateur à l'IUFM de Versailles.

Avec des hésitations récurrentes. On se souvient de la polémique soulevée en 2008 par le souhait de Nicolas Sarkozy de «confier la mémoire» d'un enfant victime de la Shoah à tous les élèves de CM2. Idée finalement abandonnée. «L'école a montré qu'elle était capable de résister à une surenchère émotionnelle», analyse Claude Lelièvre, historien de l'éducation, pour qui «le devoir de mémoire est presque à l'opposé ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant