Shire rejette une offre de 27 milliards de livres d'AbbVie

le
0

par Kate Holton

LONDRES (Reuters) - Le groupe pharmaceutique britannique Shire a confirmé vendredi avoir rejeté une offre d'achat présentée par l'Américain AbbVie qui l'aurait valorisé à environ 27 milliards de livres (33,8 milliards d'euros).

Cette tentative est la dernière en date d'une société américaine du secteur sur un rival coté à Londres motivée notamment par des raisons fiscales.

L'annonce du rejet de l'offre par Shire a fait grimper le titre, qui prenait autour de 11% à 41,48 livres vers 09h00 GMT à la Bourse de Londres, la plus forte hausse de l'indice européen Stoxx 600.

AbbVie a déclaré qu'aucune discussion n'était aujourd'hui en cours avec Shire, dans un communiqué présenté comme une réaction aux informations de presse publiées jeudi sur la tenue de discussions entre les deux groupes.

L'offre initiale d'AbbVie, soumise début mai et payable en numéraire et en actions, représentait une valeur indicative de 39,50 livres par action Shire; sa troisième et dernière proposition représentait une valeur indicative de 46,26 livres, explique le groupe américain.

Une offre à 46,26 livres équivaudrait à une valorisation globale de 27 milliards de livres.

UNE CIBLE RÉCURRENTE

Shire a confirmé dans la foulée avoir rejeté l'offre de son concurrent américain en affirmant qu'elle "sous-évaluait fondamentalement l'entreprise et ses perspectives".

Le britannique dit avoir pris en considération les risques liés, selon lui, au souci d'AbbVie de se relocaliser en Grande-Bretagne pour des raisons fiscales.

Shire a également été approché il y a quelques mois par Allergan, le fabricant du Botox, lui-même objet d'une OPA hostile du canadien Valeant.

Les fusions et acquisitions se multiplient depuis le début de l'année dans le secteur pharmaceutique. Les entreprises britanniques sont des cibles de choix, notamment pour des motifs fiscaux, comme en atteste la récente offensive manquée de l'américain Pfizer sur AstraZeneca.

Shire est un cas relativement rare dans le secteur, avec une taille moyenne en termes de capitalisation boursière (35,3 milliards de dollars selon de récentes données Thomson Reuters) et un capital qui n'est pas verrouillé, ce qui en fait une cible récurrente de spéculations sur un possible rachat.

Fondé en 1986 au Royaume-Uni, Shire réalise l'essentiel de son activité aux Etats-Unis mais a opté en 2008 pour une domiciliation en Irlande afin de profiter du régime fiscal plus avantageux de ce pays.

Le laboratoire réalise 40% environ de son chiffre d'affaires dans le traitement du trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Il commercialise aussi des traitements de certaines maladies ou troubles génétiques rares et développe un portefeuille de traitements ophtalmologiques et d'autres affections.

(Marc Angrand et Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant