Shire au plus haut en Bourse, le groupe se prépare à un rachat

le
0
LE GROUPE PHARMACEUTIQUE BRITANNIQUE SHIRE SE PRÉPARE À UN RACHAT
LE GROUPE PHARMACEUTIQUE BRITANNIQUE SHIRE SE PRÉPARE À UN RACHAT

par Ben Hirschler

LONDRES (Reuters) - L'action du groupe pharmaceutique britannique Shire a atteint un nouveau plus haut historique mardi, les investisseurs s'attendant à un rachat de l'entreprise, dont Reuters a révélé qu'elle avait mandaté Citi pour étudier d'éventuelles offres.

Les acquéreurs potentiels pourraient être attirés par le fait que Shire est imposable en Irlande, où le taux effectif d'imposition des bénéfices est l'un des plus bas au monde, mais aussi par le portefeuille de médicaments du groupe, en développement rapide.

Des sources proches du dossier ont déclaré que Shire s'attendait à recevoir des propositions de rachat après la vague récents de fusions-acquisitions dans le secteur, motivées en premier lieu par des considérations fiscales.

Shire est un cas relativement rare dans le secteur, avec une taille moyenne en terme de capitalisation boursière (35,3 milliards de dollars lundi soir selon les données Thomson Reuters) et un capital qui n'est pas verrouillé, ce qui en fait une cible récurrente de spéculations sur un possible rachat.

Ces spéculations ont été relancées depuis avril et la tentative avortée de Pfizer de mettre la main sur AstraZeneca.

Des banquiers connaisseurs du secteur estiment que Shire pourrait intéresser des groupes américains comme Bristol-Myers Squibb, Amgen, Abbvie, Gilead ou Biogen.

Shire lui-même a réalisé plusieurs acquisitions ces dernières années ; l'an dernier, il s'est emparé de Viropharma, un spécialiste des maladies rares, pour 4,2 milliards de dollars, la plus grosse opération de croissance externe de son histoire.

UNE PRIME D'OPA DÉJÀ DANS LES COURS ?

S'il voulait rester indépendant, le groupe pourrait accélérer ce type d'opérations. Des analystes de Citi ont estimé dans une note que Shire pourrait financer par endettement jusqu'à 13 milliards de dollars de rachats.

L'hypothèse d'un rachat par Shire de NPS Pharmaceuticals a récemment fait l'objet de spéculations mais NPS a déclaré jeudi dernier n'avoir eu aucune discussion avec le britannique.

A la Bourse de Londres, l'action Shire gagnait 2,35% à 36,19 livres vers 13h15 GMT après avoir inscrit un plus haut record à 36,78.

Pour Savvas Neophytou, analyste de Panmure Gordon, les investisseurs pourraient juger raisonnable un rachat à un prix situé entre 40 et 45 livres par action. "Le cours de 36 livres inclut déjà une bonne part de spéculation sur une OPA", ajoute-t-il. Citi a pour sa part une fourchette de valorisation large qui va de 37 à 57 livres.

Fondé en 1986 en Grande-Bretagne, Shire réalise la majeure partie de ses activités aux Etats-Unis et est domicilié en Irlande depuis 2008 pour des raisons fiscales.

Spécialisé dans le traitement du trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) et de certaines maladies rares, il a été approché par Allergan, le fabricant du Botox, quelques mois avant que ce dernier ne soit lui-même la cible d'une offre hostile de Valeant, a rapporté Reuters.

Cette approche n'a pas conduit à l'ouverture de discussions sérieuses entre les deux parties et aucune négociation n'est en cours avec Allergan, a dit une source.

Les traitements du TDAH représentent environ 40% du chiffre d'affaires de Shire. Le groupe, outre les traitements de plusieurs maladies rares, développe un portefeuille de traitements ophtalmologiques et d'autres affections.

(avec Ben Hirschler; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant