Shinzo Abe provoque la Chine en visitant un sanctuaire controversé

le
0
VIDÉO - Dans ce lieu, symbole du passé militariste japonais, sont honorés 14 criminels de guerre. Ce geste a suscité l'ire de la Chine et de la Corée du Sud, pays marqués par l'extension coloniale du Japon au XXe siècle.

Le premier ministre japonais avait assuré que son geste n'avait «pas pour but de blesser les Chinois et les Sud-Coréens». C'est raté. Après la visite jeudi matin de Shinzo Abe, au sanctuaire controversé de Yasukuni, où sont honorés des militaires morts pour le Japon, Chine et Corée du Sud ont émis de vives protestations.

«Le gouvernement chinois exprime sa vive colère à l'égard des dirigeants japonais pour leur mépris affiché envers les sentiments du peuple chinois», s'est emporté Pékin. «L'essence des visites des responsables japonais au sanctuaire de Yasukuni est de magnifier l'histoire de l'agression militariste et de la domination coloniale du Japon.»

Même ton du côté de Séoul, pour qui cette visite «relève d'un comportemen...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant