Sherwin-Williams acquiert Valspar pour $11,3 mds

le
0
    20 mars (Reuters) - Le fabricant américain de peinture 
Sherwin-Williams  SHW.N  a annoncé dimanche un projet 
d'acquisition de son concurrent Valspar  VAL.N  pour 11,3 
milliards de dollars (10,0 milliards d'euros) dans le cadre 
d'une OPA amicale. 
    Le groupe de Cleveland, dans l'Ohio, propose 113 dollars en 
numéraire pour chaque titre de sa cible, soit une prime 
d'environ 41% par rapport au cours de Bourse moyen de Valspar, 
pondéré des volumes, sur les 30 jours jusqu'au 18 mars inclus. 
    Valspar avait clôturé à 83,83 dollars vendredi à Wall 
Street. 
    Les modalités de la transaction ont été approuvées par les 
conseils d'administration des deux sociétés, précisent-elles 
dans un communiqué commun. 
    Sherwin-Williams et Valspar ont une offre hautement 
complémentaire de peinture et d'enduits, et leur rapprochement 
permettra de renforcer la croissance de Sherwin-Williams à 
l'international, notamment en Asie-Pacifique, en Europe et en 
Afrique, ajoutent-elles. 
    Le groupe issu de la fusion aurait réalisé en 2015 un 
chiffre d'affaires proforma de 15,6 milliards de dollars et un 
excédent brut d'exploitation ajusté de 2,8 milliards, synergies 
estimées comprises, avec 58.000 employés. Sherwin-Williams 
conservera son siège à Cleveland où l'entreprise a été fondée il 
y a 150 ans. 
    Les deux sociétés chiffrent les synergies à 280 millions de 
dollars par an d'ici deux ans. La transaction, qu'elles espèrent 
conclure d'ici le premier trimestre 2017, aura un impact 
immédiatement positif sur les résultats hors coûts ponctuels. 
    Dans l'éventualité, que les deux groupes jugent peu 
probable, où les autorités de la concurrence imposeraient des 
cessions d'actifs représentant plus de 650 millions de dollars 
du chiffre d'affaires 2015 de Valspar, l'accord prévoit 
d'ajuster le prix de l'OPA à 105 dollars par action Valspar. 
    Dans le cas où les cessions d'actifs imposées dépasseraient 
le montant de 1,5 milliard, Sherwin-Williams serait en droit de 
rompre l'accord. 
    Sherwin-Williams financera l'acquisition avec ses liquidités 
à disposition et de la dette et souligne que l'opération ne 
remet pas en cause son objectif de maintien du dividende. 
    Sherwin-Williams a été conseillé pour cette acquisition par 
Citibank et J.P. Morgan Securities tandis que Valspar, qui a son 
siège à Minneapolis, avait pour conseils financiers Goldman 
Sachs et Bank of America Merrill Lynch. 
 
 (Scott DiSavino, Véronique Tison pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant