Shell boucle le rachat de BG pour 46 mds

le
0
    LONDRES, 15 février (Reuters) - Royal Dutch Shell  RDSa.L  a 
annoncé lundi avoir bouclé le rachat de BG Group  BG.L  pour 36 
milliards de livres (46 milliards d'euros), la plus grande 
fusion dans le secteur pétrolier depuis des années qui donne 
naissance au numéro un mondial du gaz naturel liquéfié (GNL). 
    Ce rapprochement doit permettre à Shell de réduire l'écart 
avec l'américain Exxon Mobil  XOM.N , première "major" mondiale, 
mais le processus de transition s'annonce compliqué dans un 
contexte d'effondrement des cours du brut. 
    Le directeur général de Shell, Ben van Beurden joue gros 
avec cette fusion qui s'inscrit dans sa stratégie de recentrer 
son groupe sur le GNL et le forage en eau profonde. 
    "Nous serons maintenant capables de dessiner les contours 
d'un groupe plus simple, plus épuré et plus compétitif en nous 
concentrant sur nos compétences dans l'eau profonde et le GNL", 
déclare Ben van Beurden dans un communiqué. 
    La fusion, annoncée il y a 10 mois, a reçu le soutien massif 
des actionnaires même si certains ont fait valoir que la lente 
reprise prévue des cours du pétrole représentait un risque pour 
les finances et la croissance du groupe. 
    Shell a fait savoir qu'il supprimerait des milliers 
d'emplois et céderait pour 30 milliards de dollars (27 milliards 
d'euros) d'actifs du nouveau groupe sur une période de trois ans 
pour financer la fusion, racheter des actions et soutenir son 
dividende, qu'il s'est engagé à maintenir ou à augmenter. 
    Le rapprochement permet à la nouvelle entité de ravir à 
Chevron  CVX.N  le titre de deuxième "major" cotée au monde en 
termes de capitalisation boursière derrière Exxon.  
 
 (Ron Bousso; Patrick Vignal pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant