Shell anticipe un bénéfice du T4 divisé par deux

le
0
    * Shell voit son bénéfice courant ajusté du T4 à $1,6-$1,9 
mld 
    * BG dépasse son objectif de production 2015 
    * Shell pense conclure le rachat de BG d'ici quelques 
semaines 
    * Le titre Shell sous-performe le secteur avec un recul de 
5,93% 
 
 (Actualisé avec des détails sur les résultats) 
    par Karolin Schaps 
    LONDRES, 20 janvier (Reuters) - Royal Dutch Shell  RDSa.L  
prévoit d'annoncer un bénéfice divisé par près de deux pour les 
trois derniers mois de 2015 en raison de la chute de 24% des 
cours du brut sur la période, plongeon qui s'est encore accéléré 
avec le changement d'année puisque l'or noir est en perte de 25% 
depuis le début de 2016. 
    Le géant pétrolier anglo-néerlandais a ainsi livré mercredi 
des premiers éléments de résultats une semaine avant que ses 
actionnaires ne se réunissent pour se prononcer sur son projet 
de rachat de BG Group  BG.L  pour 47 milliards de livres (60,8 
milliards d'euros). 
    Dans un communiqué, Shell précise que son résultat courant 
ajusté des trois derniers mois devrait ressortir à un niveau 
compris entre 1,6 et 1,9 milliard de dollars (1,5 à 1,7 milliard 
d'euros) contre 3,26 milliards il y a un an. 
    Pour l'ensemble de l'année, le groupe a dit prévoir un 
bénéfice annuel de 10,4 milliards à 10,7 milliards de dollars, 
soit un niveau légèrement inférieur au consensus, fourni par la 
compagnie elle-même, de 10,8 milliards. 
    BG, qui a également fait un point sur son activité avant sa 
propre assemblée générale sur le projet Shell programmée la 
semaine prochaine, a plutôt agréablement surpris les 
investisseurs en annonçant avoir dépassé son objectif de 
production 2015. 
    Vers 12h20 GMT, l'action Shell reculait de 5,93% et celle de 
BG de 2,85% alors que l'indice européen du secteur de l'énergie 
 .SXEP  perdait pour sa part 4,07%. 
    Les actionnaires de Shell doivent voter le 27 janvier et 
ceux de BG le lendemain pour approuver ou non leur fusion qui se 
traduira par la suppression de 10.000 emplois, y compris 
contractuels, en 2015-2016. 
    "Nous pensons que les performances conformes aux attentes 
des deux entreprises devraient être vues de manière positive 
avant le vote des actionnaires de Shell", estiment des analystes 
chez BMO Capital Markets. 
     
    LE FONDS SOUVERAIN NORVÉGIEN VOTERA LA FUSION     
    BG, qui publiera ses résultats annuels le 5 février, pense 
que sa production en 2015 a atteint 704.000 barils équivalent 
pétrole par jour (bepj), au-dessus de sa fourchette de prévision 
de 680.000 à 700.000 bepj, en raison de la mise en service de 
nouveaux gisements en Australie, au Brésil et en Norvège. 
    Shell mise sur l'accès à de nouvelles régions riches en 
ressources naturelles, en particulier au Brésil, pour faire de 
l'acquisition de BG une opération rentable. 
    "La conclusion de la transaction avec BG, qui est une 
question de semaines, marquera le début d'un nouveau chapitre 
pour Shell, pour revivifier la compagnie et améliorer les 
retours pour les actionnaires", dit le directeur général du 
groupe anglo-néerlandais, Ben van Beurden, dans un communiqué. 
    De nombreux grands actionnaires des deux compagnies ont 
apporté leur soutien à cette opération mais la poursuite de la 
chute des cours du pétrole, désormais installés sous les 30 
dollars le baril, a soulevé des interrogations sur le prix payé 
par Shell. 
    Le fonds souverain norvégien, qui pèse quelque 790 milliards 
de dollars et qui est le deuxième actionnaire de BG et le 
cinquième de Shell, a dit qu'il voterait en faveur du 
rapprochement des deux groupes. 
    L'effondrement des cours a amené BG à inscrire une 
dépréciation de 700 millions de dollars (640,5 millions 
d'euros), relative à des gisements en mer du Nord et en Tunisie, 
dans ses comptes du quatrième trimestre. 
    Dans le cadre du financement du rachat de BG, Shell prévoit 
de vendre pour 30 milliards de dollars d'actifs entre 2016 et 
2018. 
    Le groupe a précisé que le total des dépenses 
d'investissement des deux entreprises pouvait être ramené sous 
l'objectif actuel de 33 milliards de dollars. 
 
 (Bertrand Boucey et Benoît Van Overstraeten pour le service 
français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant